Mémoire vidéo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans un dispositif électronique avec affichage (ordinateur, téléphone mobile, etc.), la mémoire vidéo est un type de mémoire vive rapide dédiée au stockage des éléments destinés à être affichés. Elle est habituellement nommée VRAM (Video Random Access Memory). Elle sert à construire l'image qui sera ensuite envoyée à l'écran via le convertisseur numérique-analogique RAMDAC.

La mémoire vidéo, contrairement à la mémoire DRAM utilisée dans la mémoire centrale de l'ordinateur, dispose de deux canaux de transfert qui permettent la lecture et l'écriture des données en un seul cycle.

Historique[modifier | modifier le code]

Historiquement, les concepteurs d'ordinateurs ont rapidement demandé à disposer d'une mémoire dédiée pour l'affichage des caractères, et éventuellement des graphiques, séparée de la mémoire générale utilisée pour les calculs et le stockage des programmes. En effet, les ordinateurs disposent de circuits intégrés spécifiques destinés à générer les signaux d'affichage et ces circuits doivent respecter une synchronisation parfaite pour s'accorder avec les balayages des tubes cathodiques.

Pour ce faire, ces circuits doivent accéder aux données dont ils ont besoin à des instants très précis, et ne souffrent pas d'interruptions du processeur central. Ce processeur, lui, peut avoir des tâches qui, d'après lui, ne peuvent pas attendre (accès aux stockages magnétiques, accès au réseau). Afin de permettre au circuit d'affichage d'accéder aux données d'affichage sans entrer en conflit avec le processeur central, on lui a attribué une mémoire dédiée. Cette mémoire contenait initialement uniquement les codes des caractères à afficher. Le processeur central écrivait, avec l'autorisation du processus d'affichage, de nouveaux codes caractères dans la mémoire vidéo. Au prochain rafraîchissement de l'image, le processeur d'affichage affichait ces nouveaux caractères.

Puis, avec l'apparition des graphiques, cette mémoire vidéo a été utilisée pour stocker des caractères, des points, et éventuellement des vecteurs (description d'un trait par son point de départ, son point d'arrivée, sa largeur et sa couleur). L'écriture des points et vecteurs se fait, suivant les architectures, par le processeur central ou le circuit en charge de l'affichage.

En 1983, une mémoire vidéo comptait 1 à 2 Ko. En 2008, une mémoire vidéo de téléphone portable pouvait atteindre plusieurs centaines de kilooctets et la mémoire vidéo d'une carte graphique d'ordinateur de 32 Mo à 6 Go de mémoire.

Dans les cartes graphiques évoluées de 2005, la mémoire vidéo stocke plusieurs images : une image en cours d'affichage, une autre en cours d'écriture (qui pourra être affichée plus tard), des textures, des objets en 3 dimensions, etc. Le processeur d'affichage assemble et anime ces différents éléments.

En 2014, les ordinateurs destinés au traitements 3D ou au jeu "hardcore" peuvent compter jusqu'à 12Go de mémoire vidéo maximum car en SLI la mémoire vidéo ne s'additionne pas.

De nombreux ordinateurs modernes bon marché n'ont pas de mémoire spécifique pour la vidéo, mais utilisent une partie dédiée de la mémoire vive pour y stocker les images à afficher.