Louis Thiroux de Crosne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Thiroux.
Statue de Louis Thiroux de Crosne par Augustin Pajou en 1788

Marie Louis Thiroux de Crosne, né à Paris le 14 juillet 1736 et mort guillotiné dans la même ville le 28 avril 1794, est un magistrat français. Il fut le dernier lieutenant général de police de la ville de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Louis-Lazare Thiroux d'Arconville et de Marie-Geneviève-Charlotte Darlus, il épouse le 24 janvier 1763, Anne-Adélaïde-Angélique de la Michodière (vers 1745-Paris, 6 septembre 1812), fille aînée de Jean-Baptiste-François de la Michodière, comte d'Hauteville, conseiller d'État et d'Anne Luthier de Saint-Martin.

Leur fils unique, Amédée-Jean-Charles Thiroux d'Arconville (vers 1778-1835) épousera Louise Marie Mayou d'Aulnoy, fille d'un conseiller au parlement de Dijon.

Blason Crosne.svg

Les Thiroux portent : d'argent à la fasce d'azur chargé de trois bandes d'or, accompagnée en chef d'une croisette ancrée de gueules et en pointe de trois têtes de lion arrachées du même posées 2 et 1.

Carrière[modifier | modifier le code]

Conseiller au parlement de Paris le 20 août 1758, puis maître des requêtes par provisions du 13 juillet 1761. Maître des requêtes honoraires en 1767, il démissionne le 1er mai 1773.

Nommé intendant-adjoint de la généralité de Rouen en 1767, il remplace son beau-père au poste d'intendant en 1768. Il est nommé premier président du Conseil supérieur créé par la réforme Maupeou à Rouen en 1771.

En 1777, il est intendant de Lorraine et Barrois, à Metz.

Il revient à Rouen en 1778 et y reste jusqu'au 30 juillet 1785.

Il est ensuite nommé lieutenant général de police de la ville de Paris par arrêt du Conseil d'État du 30 juillet 1785 et resta à ce poste jusqu'à la Révolution française. C'est à ce titre qu'il supervise l'aménagement en ossuaire des catacombes de Paris.

Il est exécuté après son retour d'émigration en 1792, pendant la Terreur, le 28 avril 1794.

Noms de lieux[modifier | modifier le code]

En remerciement, plusieurs municipalités donnèrent le nom de Louis Thiroux de Crosne à des boulevards dont il avait autorisé l'aménagement sur d'anciens fossés médiévaux. Ainsi, il existe une rue de Crosne à Pont-de-l'Arche et Rouen et un boulevard de Crosne à Louviers.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Belhoste, Cauchy, un mathématicien légitimiste au XIXe siècle
  • M. de Saint-Allais, Nobiliaire universel de France, Paris, 1874, tome 8, p. 462-463.