Nibelungides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Nibelungides ou Nivelonides sont une famille de la noblesse franque qui descend de Childebrand, fils de Pépin de Herstal, et frère de Charles Martel. Elle tient son nom de la fréquence en son sein du prénom germanique Nibelung, dont la forme française est Nivelon. Nibelung veut dire fils de la nuée ou de la brume[1],[2]. Ce prénom est porté notamment par Nivelon Ier, fils de Childebrand. Cette famille a été possessionée en Bourgogne et en Picardie.

Généalogie[modifier | modifier le code]

La généalogie de la famille est mal connue. Elle a fait l'objet de recherches de la part de Léon Levillain qui a dressé cette généalogie[3], reprise par Pierre Riché[4] :


 
 
 
 
 
 
 
 
Pépin de Herstal
(† 714)
maire du palais
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Charles Martel
(† 741)
maire du palais
 
 
 
 
Childebrand Ier
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nibelung
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Childebrand II
 
 
 
Ne
x Eccard
 
Thibert
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bernard
 
Eccard
(† 877)
comte de Macon
et d'Autun
 
Thierry
le Chambrier
 
Ada
 
Ingeltrude
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bernard
 
Herbert
 
Thierry
 
 
 
 



La reconstruction de Léon Levillain a été rectifiée sur de nombreux points de détails par Christian Settipani[5] :


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Childebrand Ier
duc en Provence
(737)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nibelung Ier
comte
751 et 786
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Childebrand II
missus en Autunois
(796)
 
 
 
Ne
sœur de
Guillaume de Gellone
 
 
 
Nibelung II
comte en Hesbaye
(805)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nibelung III
comte en Bourgogne
(818)
 
 
 
 
 
 
 
 
Thibert
comte de Madrie
802-822
 
 
 
 
 
 
 
Childebrand III
comte d'Autun
(796)
 
Dunna
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nibelung IV
comte de Vexin
(864-ap.879)
 
 
 
 
 
 
 
 
Theodoric
comte
 
Ringarde
x Pépin Ier
roi d'Aquitaine
 
Robert
comte palatin
(822)
x Aiga de Bourges
 
Eccard
(† 877)
comte de Macon
et d'Autun
 
Theoderic
comte d'Autun
(878-883)
 
Bernard
comte d'Autun
(868-872)
 
Ada
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Theoderic
 
Adhémar
 
Ne
x Aleramn II
comte de Troyes
 
Theoderic
 
Ne
x Pépin
comte
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Richard
 
Theoderic
comte
880
 
 
 
 
 
 


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'après C. Lecouteux, « Nibelung dérive de nibel “brume, brouillard, nuée” (ancien haut-allemand : nëbel, ancien-saxon: nëbhal, ancien-bas allemand : nebble ou nibel, norrois nifl, mot germanique apparenté au latin nebula, au grec νεφελη signifiant nuage, au vieux slave nebo signifiant ciel ou au sanscrit nabhas signifiant brume, nuage, ciel) et ung suffixe germanique qui établit un rapport d'appartenance et de parenté, de descendance.
  2. Jan de Vries, Altnordisches etymologisches Wörterbuch, 1962
  3. Léon Levillain, « Les Nibelungen historiques et leur alliances de famille », Annales du Midi, vol. 49,‎ 1937, p. 337-408,
    Léon Levillain, « Les Nibelungen historiques et leur alliances de famille (suite) », Annales du Midi, vol. 50,‎ 1938, p. 5-66.
  4. Pierre Riché, Les Carolingiens, une famille qui fit l'Europe, Paris, Hachette, coll. « Pluriel »,‎ 1983 (réimpr. 1997), 490 p. (ISBN 2-01-278851-3), p. 363, tableau XVII.
  5. Settipani 1993, p. 435, tableau 9.

Bibliographie[modifier | modifier le code]