Ligne Mason-Dixon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

39° 43′ 00″ N 75° 47′ 00″ O / 39.71667, -75.78333 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mason et Dixon.
Ligne Mason-Dixon

Depuis la fin de la guerre d'indépendance des États-Unis, la ligne Mason-Dixon était la ligne de démarcation entre les États abolitionnistes du Nord et les États esclavagistes du Sud, jusqu'au Compromis du Missouri voté en 1820 qui déplace la limite à la latitude 36°30' Nord (frontière sud du Missouri) pour les territoires de l'ancienne Louisiane française, achetée en 1803.

Délimitant les frontières du Maryland avec celles du Delaware et de la Pennsylvanie, elle a été établie entre 1763 et 1767 par les deux géomètres britanniques Charles Mason et Jeremiah Dixon. Elle est située à environ 39°43'20" de latitude Nord entre le Maryland et la Pennsylvanie d'une part ; 75°47′18 de longitude ouest entre le Maryland et le Delaware[1].

Les esclaves noirs qui utilisaient le chemin de fer clandestin devaient traverser la ligne Mason-Dixon pour tenter de gagner la liberté.

Même après la guerre, cette frontière est restée un fort symbole de division culturelle entre les États du Sud et du Nord. John Fitzgerald Kennedy a construit une autoroute traversant la ligne qui est aujourd'hui nommée en son honneur. Dans l'usage, elle représente aujourd'hui la démarcation formelle entre le Nord et le Sud des États-Unis.

D'un point de vue étymologique, c'est probablement de son nom que sont nées les expressions "Dixie" et Dixieland" pour désigner les États du sud. Pour d'autres, les termes "Dixie" ou Dixieland" trouvent leur source dans le billet de banque américain de dix dollars ; en effet, le dit billet en circulation dans les États de l'Union au cours de la guerre de sécession portait la mention "TEN" dollars, soit dix en anglais, alors que le billet de même valeur circulant dans les États de la Confédération portait la mention "DIX" au lieu de "TEN". D'où le "DIXIELAND", ou "pays du dix".

L'épopée de Charles Mason et Jeremiah Dixon fait l'objet d'une chanson de Mark Knopfler intitulée Sailing to Philadelphia, tirée de l'album du même nom.

Le romancier américain Thomas Pynchon a fait de cette ligne le sujet de son roman Mason et Dixon.

Notes et références[modifier | modifier le code]