Lielvārde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

56° 43′ 21″ N 24° 48′ 18″ E / 56.7225, 24.805

Lielvārde
Lennewarden (de)
Blason de Lielvārde
Héraldique
Musée Andrejs Pumpurs à Lielvārde.
Musée Andrejs Pumpurs à Lielvārde.
Administration
Pays Drapeau de la Lettonie Lettonie
Novads Lielvārdes novads
Pagasts Lielvārdes pagasts
Code postal LV-5070
Démographie
Population 6 160 hab. (2014[1])
Densité 627 hab./km2
Géographie
Coordonnées 56° 43′ 03″ N 24° 48′ 38″ E / 56.7174, 24.810656° 43′ 03″ Nord 24° 48′ 38″ Est / 56.7174, 24.8106  
Superficie 983,2 ha = 9,832 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lettonie

Voir sur la carte Lettonie administrative
City locator 14.svg
Lielvārde
Liens
Site web http://www.lielvarde.lv/page/207

Lielvārde (avant 1919 : Lennewarden) est une ville lettonne dans le Zemgale. Depuis 2009, elle fait partie du Lielvārdes novads (anciennement district d’Ogre) et Lielvārdes pagasts dont elle est le centre administratif. Sa population était de 6 160 habitants en 2014.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’endroit, appelé alors en letton « Montagne des dieux » (Dievukalns), a été fondé autour d’une forteresse balte construite sur les bords de la Dvina (Düna en allemand, Daugava en letton), à la limite du pays des Lives, selon la Heinrici Cronicon Livoniæ, ou Chronique d’Henri de Livonie. Celle-ci est prise par Albert de Buxhoeveden en 1201 et dénommée Lennewarden.

L’archevêque de Riga fait ériger une forteresse de pierre en 1229 dont on peut encore admirer les ruines aujourd’hui. Lorsque la région est sous souveraineté suédoise, on ouvre une école paroissiale dans le village. Près de 70 % de la population du village est victime de la grande épidémie de peste de 1710, l’une des dernières d’Europe. Dix ans plus tard, la région entre dans l’Empire russe selon le Traité de Nystad.

L’ouverture de la ligne de chemin de fer Riga-Dünaburg en 1860 fait profiter la région et Lennewarden augmente sa population. Cependant le bourg est détruit pendant l’affrontement des troupes impériales russes et de l’armée allemande du Kaiser pendant la Grande Guerre. Les propriétaires d’origine allemande sont expropriés, en 1919, et le bourg reconstruit à l’indépendance de la Lettonie. Il prend son appellation désormais officielle de Lielvārde.

Le secrétaire local letton du parti communiste de Lettonie, Edgar Kauliņš (1903-1979), joue un certain rôle à partir de 1940, lorsque les troupes de l’Armée rouge font leur entrée à Lielvarde en 1940. Il fait déporter en Sibérie des petits propriétaires, ainsi que des fermiers lettons suspects d’anticommunisme. Quand l’année suivante la région est envahie par les armées du Troisième Reich, il prend la fuite. L’URSS chasse les nazis en été 1944. Kauliņš, qui, en tant que secrétaire du parti communiste de la ville, a une fonction équivalente à celle de maire, inaugure, en 1948, un nouveau kolkhoze dénommé Lāčplēsis (en français « Le Tueur d’ours ») qu’il organise. Le kolkhoze a cessé d'exister en 1992, après l'indépendance du pays[2]. Il était célèbre en Lettonie de l'époque pour la bière qu’il produisait[3]. Cette bière a été achetée par le groupe danois Royal Unibrew (da) en 2005.

Une base de la protection aérienne soviétique est construite ici en 1970. Elle appartient depuis 1994 à l’armée de Lettonie devenue indépendante en 1990.

Lielvārde a acquis le statut de ville en 1992.

Tourisme dans Lielvārdes pagasts[modifier | modifier le code]

  • Ancienne forteresse
  • Musée d’Andrjes Pumpurs
  • Parc national de Lielvarde
  • Cascade de Rumbinas (1,8 m de hauteur)
  • Jardin des sculptures dans le parc

Références[modifier | modifier le code]

  1. Latvijas Ģeotelpiskās informācijas aģentūra Population en 2014
  2. (lv) Kristiāna Skromule, « Reiz bija kolhozs „Lāčplēsis”. », sur Talsu novads,‎ 2012 (consulté le 16 décembre 2014).
  3. http://www.lacplesisalus.lv/en/history/

Voir aussi[modifier | modifier le code]