Traité de Nystad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
En hachuré les possessions suédoises cédées à la Russie dans le cadre du traité

Le Traité de Nystad, ou la paix de Nystad, a été signé le 30 août (10 septembre) 1721) à Uusikaupunki, ville actuellement en Finlande, appartenant à l'époque à la Suède (Nystad étant le nom suédois de la ville). Ce traité mit fin à la Grande Guerre du Nord et signa la cession du duché d'Estonie, de la Livonie et de l'Ingrie ainsi que d'une grande partie de la Carélie à la Russie. La passation de pouvoir se fit donc entre Frédéric Ier de Suède et le tsar Pierre Ier de Russie. Il marque l'avènement de la Russie comme puissance européenne et le déclin de la Suède.

Les différends avec les autres parties - le Hanovre, la Prusse et le Danemark - furent conclus par les traités de Stockholm en 1719 et 1720.

La Russie était représentée par le conseiller secret Heinrich Johann Ostermann (André en russe) et le maréchal-comte Jacob Bruce, la Suède par le comte Johann von Lilienstedt et le baron Otto Reinhold Strömfelt. Le traité compte un préambule et vingt-quatre articles. La Suède perd les forteresses de Riga, Dünamünde, Pernau, Reval, Dorpat, Narva, Vyborg et Kexholm. La Russie quant à elle reconnaît le duché de Finlande à la Suède (en dehors de la Carélie au sud du lac de Ladoga) et doit verser deux millions de thalers à la Suède et lui reconnaît une franchise de droits de douane pour les céréales (de 50 000 roubles), sauf les années de mauvaise récolte, à Riga, à Reval (aujourd'hui Tallinn) et à Arensbourg.

La noblesse suédoise et germano-balte était de plus assurée de conserver ses privilèges, pouvoir de juridiction et assemblées locales.

Notes et références[modifier | modifier le code]