Lac de Bonlieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac de Bonlieu
Vue sur le lac depuis le belvédère de la Ronde
Vue sur le lac depuis le belvédère de la Ronde
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Géographie
Coordonnées 46° 35′ 10″ N 5° 52′ 24″ E / 46.5861, 5.87333 ()46° 35′ 10″ Nord 5° 52′ 24″ Est / 46.5861, 5.87333 ()  [1]
Type Glaciaire
Superficie 17,4 ha
Longueur 725 m
Largeur 300 m
Altitude 791 m
Profondeur
 · Maximale
 
13 m
Volume 1,5 million de m3
Hydrographie
Bassin versant 2 km2
Émissaire(s) Hérisson
Durée de rétention 7 mois
Divers
Peuplement piscicole Gardon, Rotengle, Perche

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

(Voir situation sur carte : Franche-Comté)
Lac de Bonlieu

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lac de Bonlieu

Le lac de Bonlieu est un lac du massif du Jura, situé dans la région des lacs du Jura français, dans le département du Jura, en Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La lac de Bonlieu est situé sur le territoire de la commune de Bonlieu, à 791 m d'altitude[2]. Le village de Bonlieu est situé à 2 km au nord-ouest du lac, celui de la Chaux-du-Dombief à 2,5 km au nord-nord-est et la vallée des quatre lacs à 4 km au nord.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le lac de Bonlieu est situé au fond d'une gouttière synclinale, à la limite entre l'anticlinal du Pic de l'Aigle et le plateau de Champagnole. Ses rives occidentales et méridionales sont constituées de tourbières que l'on retrouve aussi en partie sur la rive orientale et au nord de l'Abbaye. La rive nord du lac est constituée de calcaires et marnes datant de l'Hauterivien (Crétacé inférieur) par lesquels passe le Hérisson. Les terrains accidentés situés à l'est et au sud du lac sont constitués d'éboulis récents provenant de l'érosion des calcaires de l'anticlinal[3].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

D'origine glaciaire, il est alimenté par de nombreuses sources souterraines ou par de minuscules ruisseaux descendant du massif de Trémontagne qui le domine. Ce lac est également l'émissaire du Hérisson.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers 1170, Thibert de Montmorot fonda sur la rive nord du lac une Chartreuse dont l'histoire fut une succession de grandeurs et de malheurs : alors que cette communauté possédait de riches propriétés à Arbois et Montaigu, elle fut dévastée pendant la guerre de Dix Ans. La Révolution française fermera le monastère en 1791 qui sera converti en manufacture d'armes avant d'être vendu à un particulier. Les derniers bâtiments du couvent furent incendiés par les nazis en 1944. À son emplacement fut ensuite construit un hôtel converti aujourd'hui en logements. Le nom de la chartreuse de Bonlieu subsiste de nos jours grâce à l'ensemble vocal homonyme dirigé par le professeur Jean-Paul Montagnier.

Écologie[modifier | modifier le code]

Une grande variété de paysages : forêts de pente, prairies humides et tourbières. Une flore lacustre très variée (potamots, nénuphars, scirpe et roseaux) peut être observée aux deux extrémités du lac et sur la rive occidentale, inaccessible car très marécageuse.

Bien que la qualité physico-chimique de l'eau soit peu propice au développement d’une faune riche et variée, le lac est apprécié des pêcheurs qui y attrapent des chabots.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • AUGE Vincent (2001) Document d'objectifs Natura 2000 site n°FR 4301326 "Lac de Bonlieu, étang du Lautrey, forêts et falaises environnantes" . Office National des Forêts, 2001, 43p. zones humides ; forêts ; tourbières ; DOCOB ; Natura 2000 (lien Pôle-tourbières)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
  1. Cartes IGN consultées sur Géoportail.
  2. « Lac de Bonlieu », sur ww.rhone-mediterrarance.fr/, Système d'Information sur l'Eau du bassin du Rhône-Méditerranée (consulté le 2 janvier 2012).
  3. Carte géologique de la France au 1/50 000e consultée sur InfoTerre.