L'Espion qui venait du froid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : L'Espion qui venait du surgelé.
L'Espion qui venait du froid
Auteur John le Carré
Genre Roman d'espionnage
Version originale
Titre original The Spy Who Came in from the Cold
Éditeur original Gollancz & Pan
Langue originale Anglais britannique
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution original Londres
Date de parution originale 1963
Version française
Traducteur Marcel Duhamel,
Henri Robillot
Lieu de parution Paris
Éditeur Gallimard
Date de parution 1964
Série George Smiley
Chronologie
Précédent Chandelles noires Le Miroir aux espions Suivant

L'Espion qui venait du froid (en anglais The Spy Who Came in from the Cold[1]) est un roman d'espionnage de l'auteur britannique John le Carré publié en 1963

Le roman est traduit en français en 1964.

Ce roman, le troisième de l'auteur, a été écrit en environ cinq semaines, alors que John le Carré se trouvait à Bonn[2]. L'ouvrage, qui s’est vendu à vingt millions d’exemplaires dans le monde, a révolutionné le roman d'espionnage à sa sortie. En 1964, John le Carré a reçu le prix Somerset-Maugham.

Résumé[modifier | modifier le code]

Pendant la guerre froide, les services secrets du Royaume-Uni et de l'Union soviétique manipulent un agent britannique pour détruire la crédibilité de certains membres de la hiérarchie des services secrets d'Allemagne de l'Est.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Alec Leamas : Agent secret britannique de terrain, chargé de l'espionnage concernant l'Allemagne de l'Est ; il tombera amoureux de Liz Gold
  • Hans-Dieter Mundt : Dirigeant d'un service secret allemand, présenté comme un ancien nazi
  • Fiedler : Espion est-allemand intelligent et idéaliste, adjoint de Mundt
  • Liz Gold : Libraire britannique et membre du Parti communiste britannique ; elle tombera amoureuse d'Alec Leamas
  • « Control » : Directeur général des services secrets britanniques.
  • George Smiley : Espion britannique, adjoint de Control.
  • Peter Guillam : Espion britannique
  • Karl Riemeck : Apparatchik est-allemand, devenu espion pour le Royaume-Uni

Honneurs[modifier | modifier le code]

L'Espion qui venait du froid occupe la 3e place au classement de la liste des cent meilleurs romans policiers de tous les temps établie en 1990 par la Crime Writers' Association.

L'Espion qui venait du froid occupe également la 6e place au classement américain des cent meilleurs livres policiers établi en 1995 par l'association des Mystery Writers of America.

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'expression anglaise « to come in from the cold », littéralement « venir du froid », signifie aussi « être accepté dans une organisation, un groupe » (auquel il n'était pas possible d'adhérer auparavant). Cette expression est souvent utilisée pour désigner un homme politique, ou un espion, qui fait passer secrètement des informations à un groupe ennemi. Cambridge International Dictionary of Idioms
  2. (en) John le Carré, The Spy Who Came in from the Cold, préface, p. v

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]