Keren

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne une Ville de l'Érythrée. Pour le district du même nom, voir Keren (district).
Keren
(ti) ከረን
Mosquée à Keren
Mosquée à Keren
Administration
Pays Drapeau de l'Érythrée Érythrée
Région Anseba
District Keren
Démographie
Population 146 500 hab.
Géographie
Coordonnées 15° 46′ 40″ N 38° 27′ 29″ E / 15.7778, 38.45806 ()15° 46′ 40″ Nord 38° 27′ 29″ Est / 15.7778, 38.45806 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Érythrée

Voir sur la carte Érythrée administrative
City locator 12.svg
Keren

Keren (en tigrigna ከረን, en italien Cheren) est la troisième plus grande ville d'Érythrée, peuplée de 146 500 habitants. Située à 100 kilomètres au nord d'Asmara, elle est le chef lieu de la région d'Anseba et du district de Keren.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1871, les troupes égyptiennes, installées à Massaoua, occupent Keren sous la direction du Suisse Werner Muntziger[1]. Elles y restent jusqu'à l'arrivée des Italiens en juillet 1888.

Au début de la colonisation italienne (1885-1903), Keren était le chef lieu d'un «commissariato regionale». On y trouvait un tribunal régional d'appel. En 1903, Cheren devient un chef lieu de région et reste un siège judiciaire[2].

Ce centre commercial important fut le théâtre d'une importante bataille entre les troupes italiennes et britanniques. Keren est prise par les Britanniques le 27 mars 1941.

Au cours de la guerre d'indépendance de l'Érythrée, Keren est occupée une première fois par le Front populaire de libération de l'Érythrée en 1978. Elle est ensuite contrôlée par les Éthiopiens jusqu'en 1991.

Économie[modifier | modifier le code]

La cité se développa autour de la ligne du chemin de fer érythréen, qui l'atteint en 1912 avant d'être prolongée jusqu'à Agordat en 1920. Elle est aujourd'hui démantelée au-delà d'Asmara[3].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Parmi les attractions de la ville, on trouve

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bahru Zewde, A History of Modern Ethiopia - 1855-1974, London, Eastern African Studies, (2e éd. 1999), 1991, 244 p.
  2. Rosoni (Isabella), La colonia Eritrea. La prima amministrazione coloniale italiana (1880-1912), Macerata, Edizioni Università di Macerata, 2006, 318 p.
  3. Angelini (Carlo), «Le ferrovie eritrea», in in Silliani (Tomaso), éd., L’Africa orientale italiana e il conflitto italo-etiopico, Roma, La Rassegna italiana, (2e ed.), 1936.

Articles connexes[modifier | modifier le code]