Joseph Calasanz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint Joseph Calasanz
Image illustrative de l'article Joseph Calasanz
La dernière communion de saint Joseph Calasanz par Goya
Naissance 1556
Château de Calasanz, près de Peralta de la Sal, en Aragon (Espagne)
Décès 25 août 1648  (à 92 ans)
Rome
Nationalité Flag of Spain.svg Espagnole
Béatification 7 août 1748
Canonisation 16 juillet 1767
par Clément XIII
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 25 août

Joseph Calasanz ou Joseph de Calasanz ou Calasanctius1556 - †1648), Josep de Calassanç en Catalan, est le fondateur des Piaristes, congrégation religieuse destinée à l'éducation. C'est un saint de l'Église catholique romaine fêté le 27 août[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Calasanz est né au château de Calasanz (Calassanç), près de Peralta de la Sal, actuelle commune de Peralta de Calasanz, dans la partie catalanophone de l'Aragon (Espagne). Ses parents, Don Pedro Calasanz (Pere Calassanç) et Doña Maria Gaston, lui donnèrent une excellente éducation, à la maison d'abord, puis à l'école de Peralta. Il était le cadet des cinq enfants de la famille.

Après ses études classiques, il apprit la philosophie et la jurisprudence à Lerida et obtint le diplôme de docteur en Droit. Il compléta ensuite ses études théologiques à Valence et à Alcalá de Henares.

À la mort de sa mère et d'un de ses frères, son père, Don Pedro, souhaitait qu'il se marie et puisse perpétuer la lignée familiale. Mais une très grave maladie qui faillit l'emporter en 1582 brisa ces projets et une fois guéri, Joseph Calasanz fut ordonné prêtre le 17 décembre 1583 par l'évêque d'Urgel, Hugo Ambrosio de Moncada.

Joseph commença son ministère dans le diocèse d'Albarracin où l'évêque de la Figuera lui confia la charge de théologien, de confesseur et de procurateur. Quand l'évêque fut transféré à Lerida, Joseph le suivit dans son nouveau diocèse.

En 1586, dela Figuera fut envoyé comme visiteur apostolique à l'abbaye de Montserrat et Joseph l'accompagna en tant que secrétaire. L'évêque mourut l'année suivante, et Joseph partit, bien qu'il lui ait été vivement demandé de rester. Après avoir fait un voyage rapide à Calasanz pour les obsèques de son père, il fut appelé par l'évêque d'Urgel pour être vicaire général du district de Tremp.

En 1592, Joseph s'embarqua pour Rome, où il trouva un protecteur en la personne du cardinal Marcoantonio Colonna, qui le choisit comme théologien personnel et éducateur de son neveu. Rome était le terrain idéal pour la mise en œuvre de la charité, tant l'instruction des enfants pauvres et errants était négligée. Beaucoup étaient orphelins et sans la moindre instruction. Joseph rejoignit une confraternité de doctrine chrétienne, et rassembla les enfants des rues pour les emmener à l'école. Les professeurs, déjà fort peu rémunérés, refusèrent d'accueillir ce surcroît de travail.

Antonio Brendani, pasteur de Santa Dorotea, lui offrit deux pièces et lui promit de l'aider pour l'enseignement de ces malheureux. Ultérieurement, deux autres prêtres lui offrirent de l'aide. C'est ainsi qu'en 1597, Joseph Calasanz put ouvrir la première école gratuite en Europe.

Le Pape Clément VIII offrit une subvention annuelle, et d'autres personnalités firent des dons, ce qui permit à Joseph, d'accueillir de nombreux enfants. En 1602, il loua une maison à San Andrea della Valle et y installa la communauté de l'Ordre des Écoles Pies, ou Piaristes.

Il eut à lutter contre une forte opposition, envers lui et son institut, mais il surmonta ces difficultés. En 1612 son école fut transférée au Palais Torres, près de San Pantaleone, c'est là que Joseph termina sa vie au milieu des enfants perdus auxquels il avait dévoué toute sa vie.

Il mourut le à Rome. Il est cependant fêté le 27 août.

Béatification - Canonisation[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]