José María Iparraguirre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José María Iparraguirre

José María Iparraguirre Balerdi (1820 - 1881), poète, bertsolari et musicien basque.

José Maria Iparraguirre, considéré comme le barde basque, est connu pour ses compositions en langue basque, l'euskara, dont la plus significative est Gernikako Arbola (littéralement « l'arbre de Guernica »), devenu l'hymne basque.

Biographie[modifier | modifier le code]

José María Iparraguirre est né à Urretxu an Guipuscoa en 1820, et décédé en 1881 à Itxaso à l'âge de 61 ans. Il a été un poète et musicien très connu. Il a eu une vie de bohème et aventureuse qui lui a value le surnom "de barde", image qu'il donnait avec son inséparable guitare et l'improvisation de chansons et vers, mais était également un grand bertsolari.
Son œuvre, écrite majoritairement en basque (bien qu'il ait aussi écrit en espagnol, en français, en anglais et en italien), reprend certaines des chansons des plus significatives et populaires de l'actualité, cependant celle du Gernikako arbola est toutefois la plus connu.

Il a vécu dans plein romantisme dont il est clairement un des fils et un exemple. Ses œuvres sont liées avec les traditions ancestrales du peuple basque, avec ses légendes et la religion.

La période historique agitée qu'il a vécue, les guerres carlistes et l'abolition des juridictions ( Fueros) et son romantisme profond, également exprimée dans sa lutte politique ainsi que sa participation dans les luttes (où a été blessé à une jambe), l'ont mené vers l'exil à travers l'Europe (la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Angleterre et la Suisse) et Amérique latine pour ne pas se soumettre à l'Abrazo de Vergara ou la Convention d'Ognate étant donné son carlisme profond.

En 1859, il s'est marié avec la guipuscoanne Maria Ángela Querejeta avec laquelle il a vécu en Uruguay et aura huit enfants, deux fils et six filles (il avait eu un autre fils avant). En 1877 il retourne au Pays basque en laissant sa famille en Amérique.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

La plus populaire de ses compositions est sans aucun doute Gernikako arbola, qui a été étrennée dans le café San Luis de la rue de la Montera à Madrid en 1853 et était une improvisation, accompagnée au piano par l'enseignant Juan Maria Blas de Altuna. On dit que, entouré d'un groupe de ses compatriotes, il a improvisé l'hymne et n'a jamais annoté la musique.

D'autres créations significatives sont :

  • Ume eder bat (Un bel enfant)
  • Adio Euskal-Erriari (Adieu Pays Basque)
  • Nere etorrera lur maitera (Mon retour à la terre aimée) souvent désigné par ses premiers mots "Ara nun diran"
  • Cantari Euskalduna (Chanteur basque)
  • Nere izarra (Mon étoile)
  • Glu Glu Glu (Glou glou glou)

Pour Ara nun diran, Iparraguirre a emprunté l'air du Chant des Paysans du chansonnier français Pierre Dupont.

Paroles de Gernikako arbola[modifier | modifier le code]

1
Gernikako Arbola
da bedeinkatua
euskaldunen artean
guztiz maitatua.
Eman ta zabal zazu
munduan frutua
adoratzen zaitugu
arbola santua


2
Mila urte inguru da
esaten dutela
Jainkoak jarri zuela
Gernikako Arbola.
Zaude bada zutikan
orain ta denbora
eroritzen bazera
arras galdu gera
     
3
Ez zera eroriko
Arbola maitea
baldin portatzen bada
Bizkaiko Juntea.
Laurok hartuko degu
zurekin partea
pakian bizi dedin
euskaldun jendea.


4
Betiko bizi dedin
Jaunari eskatzeko
jarri gaitezen danok
laster belauniko.
Eta bihotzetikan
eskatu ezkero
Arbola biziko da
orain eta gero.
     
5
Arbola botatzia
dutela pentsatu
Euskal Herri guztian
danok badakigu.
Ea bada jendea
denbora orain degu
erori gabetanik
eduki behar degu.


6
Beti egongo zera
udaberrikoa
lore aintzinetako
mantxa gabekoa.
Erruki zaitez bada
bihotz gurekoa
denbora galdu gabe
emanik frutua.
     
7
Arbolak erantzun du
kontuz bizitzeko
eta bihotzetikan
Jaunari eskatzeko.
Gerrarik nahi ez degu
pakea betiko
gure lege zuzenak
hemen maitatzeko.


8
Erregutu diogun
Jaungoiko Jaunari
pakea emateko
orain eta beti.
Bai eta indarra ere
zerorren lurrari
eta bendizioa
Euskal Herriari.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]