John William Dawson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir William Dawson et Dawson.
John William Dawson, 1884

Sir John William Dawson CMG, FRS, FRSC (Pictou, Nouvelle-Écosse, Montréal, Québec, à l'âge de 79 ans) était un géologue canadien. Il a aussi été le recteur de l'Université McGill.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'ascendance écossaise, Dawson termina ses études à l'Université d'Édimbourg où il acquit son diplôme en 1842, après avoir étudié la géologie et l'histoire naturelle sous la direction de Robert Jameson.

Il retourna en Nouvelle-Écosse en 1842, accompagné de Sir Charles Lyell lors de la première visite de ce dernier dans ce territoire. Dawson fut par la suite nommé au poste de superintendent of education (1850-1853) ; à la même époque il commença à s'intéresser avec passion à la géologie du Canada, étudiant particulièrement les forêts fossiles du Carbonifère. Dans ces strates, en collaboration avec Lyell (lors de sa deuxième visite), il découvrit en 1852 le premier reste d'un reptile respirant à l'air libre nommé Dendrerpeton. Il décrivit aussi les plantes fossiles du Silurien, du Dévonien et les roches du Carbonifère du Canada pour la Geological Survey of Canada (1871-1873).

De 1855 à 1893 il fut le professeur de géologie et recteur de l'Université McGill à Montréal, un établissement qui sous son influence atteignit une haute réputation. Il fut élu membre de la Royal Society (FRS) en 1862. Quand la Société royale du Canada fut créée, il fut le premier à occuper la chaire présidentielle et il fut également président de l'British Association for the Advancement of Science lors de sa réunion à Birmingham en 1886 et président de l'American Association for the Advancement of Science. Le nom de Sir William Dawson est surtout associé à Eozoon canadense, qu'en 1864 il décrivit comme un organisme ayant une structure de foraminifère. Ce « fossile » avait été trouvé dans les roches laurentiennes, et on le considérait comme le système vivant le plus ancien de la géologie. Son opinion sur ce sujet fut contestée dès son époque, notamment par le géologue irlandais William King, et a par la suite été réfutée, le prétendu organisme étant aujourd'hui considéré comme une structure minérale. Il fut créé compagnon de l'Ordre de Saint-Michel et Saint-Georges (CMG) en 1881 et fut anobli en 1884. Dans ses écrits sur des sujets géologiques il conserva une attitude nettement inspirée par la religion, refusant d'admettre que l'homme pût descendre par évolution d'ancêtres animaux et tenant à ce que notre espèce n'eût fait son apparition sur cette terre qu'à une époque tout à fait récente.

Outre de nombreux mémoires dans les publications des sociétés savantes, il fit paraître Acadian geology :

  • The geological structure, organic remains and mineral resources of Nova Scotia, New Brunswick, and Prince Edward Island (1855 ; ed. 3, 1878)
  • Air-breathers of the Coal Period (1863)
  • The Story of the Earth and Man (1873; ed. 6, 1880)
  • The Dawn of Life (1875)
  • Fossil Men and their Modern Representatives (1880)
  • Geological History of Plants (1888)
  • The Canadian Ice Age (1894)

Le fils de John, George Mercer Dawson (1849-1901), géologue lui-même, devint un scientifique réputé et respecté.

Il est enterré au Cimetière Mont-Royal à Montréal, et a donné son nom au collège Dawson. On a nommé en son honneur dawsonite le minéral qui a été découvert pendant la construction du Musée Redpath avec lequel il fut intimement lié.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Dawson est l’abréviation botanique officielle de John William Dawson.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI