John Gribbin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

John R. Gribbin (né en 1946) est un scientifique britannique et écrivain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé en physique de l'université de Sussex en 1966, John Gribbin s'est spécialisé en astronomie, puis a obtenu un doctorat de l'Université de Cambridge en 1971.

John R. Gribbin (né en 1946) est un écrivain scientifique de nationalité britannique. Il est diplômé en physique (1966) et en astronomie (1967) de l'Université de Sussex. Il a passé son doctorat d'astrophysique à l'Université de Cambridge en 1971.

Il a publié dans la revue Nature, le magazine New Scientist et a également écrit dans The Times, The Guardian et the Independent et pour la BBC.

En 1974, il avait publié, avec Stephen Plagemann, un livre intitulé "The Jupiter Effect" (non traduit en français) dans lequel les auteurs prédisent que l'alignement des planètes sur un côté du Soleil en Mars 1982 engendrerait des effets gravitationnels pouvant déclencher des tremblements de terre sur la faille de San Andreas et rayer Los Angeles de la carte du monde. Gribbin est revenu sur ces allégations dans le numéro du 17 Juillet 1980 du magazine New Scientist dans lequel il déclare avoir voulu faire "un peu trop malin".

En 1984 avec la publication du "Chat de Schrödinger", (éd. Alphée-J.-P. Bertrand, 2008, en anglais "In Search of Schrödinger's Cat") John Gribbrin se fait connaître d'un plus large public.

Dans le numéro de février 1988 de la revue Nature, Gribbin a été la première personne à suggérer que l'effet de serre pouvaient être ralenti par l'ajout de fer dans les océans comme un «engrais».

Il a publié son centième livre, "The Fellowship: The Story of the Royal Society and a Scientific Revolution" en 2005 (non traduit en français).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]