Joachim von Kortzfleisch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joachim von Kortzfleisch
Joachim von Kortzfleisch (à droite)
Joachim von Kortzfleisch (à droite)

Naissance 3 janvier 1890
Brunswick
Décès 20 avril 1945 (à 55 ans)
Wulwesort
Origine Allemand
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme War Ensign of Germany 1903-1918.svg Deutsches Reichsheer
Flag of Weimar Republic (war).svg Reichswehr
Balkenkreuz.svg Wehrmacht, Heer
Grade General der Infanterie
Années de service 1907 – 1945
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Commandement 1. Infanterie-division
[Groupe de défense III à Berlin
Distinctions Croix de chevalier de la Croix de fer

Joachim Otto August Achatius Kortzfleisch (3 janvier 1890 à Brunswick - 20 avril 1945 à Wulwesort) est un General der Infanterie allemand qui a servi au sein de la Heer dans la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il était le commandant du Groupe de défense III (Berlin) et eut un rôle clé dans l'échec du Complot du 20 juillet 1944 contre Adolf Hitler.

Il a été récipiendaire de la Croix de chevalier de la Croix de fer. Cette décoration est attribuée pour récompenser un acte d'une extrême bravoure sur le champ de bataille ou un commandement militaire avec succès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joachim von Kortzfleisch est né dans une famille aristocratique de Westphalie à Brunswick, fils du Generalmajor Prusse Gustav von Kortzfleisch (1854-1910) et d'Elsbeth Oppermann (1862-1937). Il rejoint l'armée en 1907 et participe à la Première Guerre mondiale dans un bataillon de mitrailleuses.

Il devient officier dans la Reichswehr, atteignant le rang de Generalmajor en 1937. En tant que Generalleutnant, il commande la 1. Infanterie-Division au début de la Seconde Guerre mondiale. Il reçoit la Croix de chevalier de la Croix de fer, le 1er septembre 1940 en tant que commandant du XI. Armeekorps de la Wehrmacht.

Le 20 juillet 1944, alors commandant de la Wehrkreiskommando III (district militaire comprenant Berlin où se situe son QG), il est convoqué à la Bendlerstrasse où il refuse en colère d'obéir aux ordres de l'Opération Valkyrie émis par l'un des conspirateurs principaux le General der Infanterie Friedrich Olbricht et n'arrête pas de crier « le Führer n'est pas mort »[1] en se référant au serment serment de loyauté à Hitler. Il est arrêté et mis sous garde par les comploteurs en disant qu'il n'était pas disposé à prendre part à un complot, comme il est juste un soldat intéressé que par rentrer à la maison et arracher les mauvaises herbes dans son jardin[2]. Il est remplacé dans son commandement par le général Karl Freiherr von Thüngen et a ensuite été autorisé à quitter le Bendlerblock. Il est ensuite interrogé par le Major Hans-Ulrich von Oertzen qui était un partisan de l'intrigue.

En mars 1945, il est le commandant de la tête de pont du Rhin avec le Groupe d'armées B sous le maréchal Walter Model. Il est tué par des soldats du 737e bataillon de chars de l'United States Army, le 20 avril 1945. Kortzfleisch et une poignée de soldats ont essayé de se rendre à Berleburg, se déplaçant derrière les lignes ennemies. Une patrouille américaine les a rencontrés à Schmallenberg-Wulwesort, Sauerland. Le général se défendait avec un Pistolet mitrailleur, lorsqu'il a été entouré par des soldats américains qui lui ont dit « Hands Up », il répondit « non » et un soldat américain lui a tiré dans la poitrine gauche.

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Citations
  1. (en) Michael C Thomsett, The German Opposition to Hitler: The Resistance, the Underground, and Assassination Plots, 1938-1945, McFarland,‎ 1997 (ISBN 0-78-6403721)
  2. (en) Joachim Fest, Plotting Hitler's Death: The German Resistance to Hitler, 1933-1945, Weidenfield & Nicholson,‎ 1994 (ISBN 0-297-81774-4)
Source
Bibliographie
  • (de) Fellgiebel, Walther-Peer (2000). Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945. Friedburg, Allemagne: Podzun-Pallas. ISBN 3-7909-0284-5.
  • (de) Scherzer, Veit (2007). Ritterkreuzträger 1939–1945 Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives. Jena, Allemagne: Scherzers Miltaer-Verlag. ISBN 978-3-938845-17-2.
Liens externes