Jendouba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jendouba
Grande artère de Jendouba
Grande artère de Jendouba
Administration
Pays Tunisie Tunisie
Gouvernorat Jendouba
Délégation(s) Jendouba Sud
Jendouba Nord
Maire Jaouhar Triki[1]
Code postal 8100
Démographie
Gentilé Jendoubien
Population 43 997 hab. (2004[2])
Densité 4 458 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 30′ 02″ N 8° 46′ 51″ E / 36.50046, 8.780737 ()36° 30′ 02″ Nord 8° 46′ 51″ Est / 36.50046, 8.780737 ()  
Altitude 143 m
Superficie 987 ha = 9,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tunisie (administrative)

Voir la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Jendouba

Géolocalisation sur la carte : Tunisie (relief)

Voir la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Jendouba
Liens
Site web www.commune-jendouba.gov.tn

Jendouba (جندوبة), nommée Souk El Arba jusqu'au 30 avril 1966[3], est une ville du nord-ouest de la Tunisie située à 154 kilomètres de Tunis et à 50 kilomètres de la frontière algéro-tunisienne.

Elle se trouve dans la vallée de la Medjerda au centre d'une plaine fertile.

Chef-lieu du gouvernorat qui porte son nom, elle constitue une municipalité de 43 997 habitants[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Le noyau de la ville de Jendouba a commencé à prendre naissance autour de la petite gare ouverte peu avant l'instauration du protectorat français le . La ville se développe, dans un premier temps, du côté nord de la ligne de chemin de fer puis s'étend peu à peu vers le sud.

Son nom originel de Souk El Arba est lié directement au jour du marché hebdomadaire qui se tenait chaque mercredi[4].

Résistance à la colonisation[modifier | modifier le code]

Article connexe : Mouvement national tunisien.

Le , la ville est le théâtre de manifestations suite à ce qui a été appelé les événements de Souk El Arba, bien qu'ils se soient vraisemblablement produits à Souk El Khemis (actuelle Bousalem), à 22 kilomètres au nord. Durant ce jour de la fête musulmane de l'Aïd, un colon s'en prend à deux habitants locaux, Romdhan Amdouni et Ali Belkhir Dridi, leur reprochant d'avoir pris des grappes de raisin dans sa propriété. Après les avoir capturé, le colon fait crucifié les deux hommes sur deux arbres ; les blessures qui leur ont été occasionné ont été la cause de l'amputation de leurs mains au dispensaire. Ayant pris connaissance de l'évènement, les habitants de la ville interrompent les festivités de l'Aïd et manifestent. Pour calmer les esprits, les autorités françaises condamnent le colon mais seulement à une peine symbolique de huit mois de prison avec sursis[5].

Char M3 Stuart de la 1re division blindée des États-Unis et son équipage, le 24 novembre 1942, à Souk El Arba durant la campagne de Tunisie

La région connaît le 4 avril 1938 des troubles occasionnés par les nationalistes tunisiens : il s'agit d'une manifestation ayant réuni 2 000 personnes à Oued Meliz (23 kilomètres à l'ouest) pour protester contre l'arrestation la veille du chef de la section destourienne de Souk El Arba[6].

Le 10 novembre 1949, 2 000 ouvriers agricoles de la région, en particulier de la ville de Souk El Khemis, se mettent en grève pour protester contre le système colonial. La grève dure quatre mois jusqu'en mars et constitue donc la grève la plus longue dans le secteur agricole à l'époque coloniale. Elle aboutit à une amélioration des salaires, à des allocations familiales, à des primes exceptionnelles et à la réduction du temps de travail. Les autorités françaises exercent cependant des représailles, en remplaçant 562 grévistes par des ouvriers d'autres régions, les condamnant ainsi au chômage et à la mendicité[5].

Culture[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

À quelques kilomètres de la ville se trouve le site archéologique romain de Bulla Regia qui abrite un petit musée. Un autre site archéologique romain, Chemtou, se trouve dans le voisinage de la ville, sur la route de la frontière algérienne.

Festivals[modifier | modifier le code]

La saison culturelle est marquée, chaque année, par le Festival de Bulla Regia et le Festival de la médina de Jendouba.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville abrite le siège de l'Université de Jendouba, l'Institut supérieur des sciences humaines, un Institut supérieur des études technologiques ainsi qu'une école de santé. Cinq lycées secondaires complètent le dispositif : le lycée Nouvel Ère, le lycée Khemaïs Elhajri, le lycée 9-Avril, le lycée Liberté et le lycée de la Route de l'environnement.

Économie[modifier | modifier le code]

La principale activité économique de la région demeure l'agriculture.

Sport[modifier | modifier le code]

Jendouba abrite le club omnisports tunisien de Jendouba Sports.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 10 juillet 2012 portant modification du décret du 8 avril 2011 relatif à la nomination des délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°56, 17 juillet 2012, pp. 1664-1665
  2. a et b (fr) Recensement de 2004 (Institut national de la statistique)
  3. (fr) Décret du 30 avril 1966 portant changement du nom de la commune de Souk El Arba, Journal officiel de la République tunisienne, 30 avril 1966
  4. (fr) Aperçu historique de Jendouba (Municipalité de Jendouba)
  5. a et b (ar) Ahmed Hamrouni, La région de Jendouba. Villes, célébrités et sujets, éd. Sahar, Tunis, 2009 (ISBN 9789973282590)
  6. Roger Casemajor, L'action nationaliste en Tunisie. Du Pacte fondamental de M'hamed Bey à la mort de Moncef Bey. 1857-1948, éd. Sud Éditions, Tunis, 2009 (ISBN 97899380160060)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :