Gouvernorat de Jendouba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jendouba
Localisation du gouvernorat
Localisation du gouvernorat
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Date de création 21 juin 1956
Chef-lieu Jendouba
Gouverneur Néjib Khabbouchi (2013)
Démographie
Population 425 600 hab.
Densité 137 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 30′ N 8° 47′ E / 36.5, 8.7833333333333 ()36° 30′ Nord 8° 47′ Est / 36.5, 8.7833333333333 ()  
Superficie 310 200 ha = 3 102 km2
Subdivisions
Délégations 9
Municipalités 8
Imadas 95

Le gouvernorat de Jendouba (arabe : ولاية جندوبة), créé le 21 juin 1956 et appelé gouvernorat de Souk El Arba (arabe : ولاية سوق الأربعاء) jusqu'au 31 mai 1966, est l'un des 24 gouvernorats de la Tunisie. Il est situé dans le nord du pays, à la frontière tuniso-algérienne, et couvre une superficie de 3 102 km2[1], soit 1,9 % de la superficie du pays. Il abrite en 2013 une population de 425 600[2] habitants. Son chef-lieu est Jendouba.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le gouvernorat de Jendouba se situe à l'extrémité nord-ouest de la Tunisie, à 150 kilomètres de la capitale. Il est limité par les gouvernorats du Kef et de Siliana au sud, le gouvernorat de Béja à l'est, 135 kilomètres de frontière à l'ouest et la mer Méditerranée au nord, avec un littoral long de 25 kilomètres.

Ce gouvernorat se distingue par le climat le plus pluvieux du pays avec des précipitations annuelles atteignant 1 000 millimètres sur le littoral (près de 1 050 millimètres à Tabarka) et dépassant 1 500 millimètres à Aïn Draham[3]. La température moyenne se situe entre 5 et 10 °C en hiver et entre 25 et 30 °C en été.

Administrativement, le gouvernorat est découpe en neuf délégations, huit municipalités, dix conseils ruraux et 95 imadas.

Délégation Population en 2004
(habitants)
Aïn Draham 40 372
Balta-Bou Aouane 42 229
Bou Salem 36 061
Fernana 52 690
Ghardimaou 67 955
Jendouba Sud 68 597
Jendouba Nord 44 195
Oued Meliz 19 015
Tabarka 45 494
Sources : Institut national de la statistique[4]

Avant l'indépendance, plusieurs villes étaient désignées par le jour du marché ou foire qui s'y déroulait :

  • Souk El Arba (marché du mercredi) rebaptisée Jendouba en 1966 ;
  • Souk El Khemis (marché du jeudi) rebaptisée Bou Salem en 1966 ;
  • Souk Essebt (marché du samedi) ;
  • Souk Lahad (marché du dimanche).

Politique[modifier | modifier le code]

Gouverneurs[modifier | modifier le code]

Le gouvernorat de Jendouba est dirigé par un gouverneur dont la liste depuis l'indépendance est la suivante :

  • Naceur Ben Jaâfar (1956-1960)
  • Béchir Bellagha (1960-1962)
  • Habib Ben Mohamed Lahbib (1962-1964)
  • Mongi Kooli (1964-1967)
  • Abdelaziz Beltaïef (1967-1969)
  • Mohamed Souyah (1969-1970)
  • Mokhtar Zannad (1970-1971)
  • Hassen Louzir (1971-1973)
  • Abdelmalek Laarif (1973-1975)
  • Saïd Robbana (1975-1978)
  • Khelil Trad (1978-1981)
  • Abderrazak Kéfi (1981-1982)
  • Abderrazak Ayoub (1982-1984)
  • Hamed Khanfir (1984-1987)
  • Fadhel Khelil (1987-1988)
  • Mohamed Belhaj (1988-1990)
  • Slaheddine El Abed (1990-1993)
  • Mohamed Belghith (1993-1995)
  • Abdallah Hadroug (1995-1996)
  • Habib Ben Gamra (1996-2000)
  • Ali Ksiksi (2000-2004)
  • Mahmoud Bellalouna (2004-2005)
  • Hédi Slim (2005-2010)
  • Mohamed Faouzi Ben Arab (28 juillet 2010-30 décembre 2010)
  • Mohamed Ben Abdallah (30 décembre 2010-2 février 2011)
  • Béchir Kthiri (2 février 2011-22 février 2012)
  • Mohamed Sidhom (22 février-27 août 2012)
  • Samir Rouihem (27 août 2012[5]-24 août 2013)
  • Néjib Khabbouchi (24 août 2013[6]- )

Maires[modifier | modifier le code]

Voici la liste des maires des municipalités du gouvernorat :

Éducation[modifier | modifier le code]

Le gouvernorat de Jendouba compte 31 collèges et 18 lycées, accueillant quelque 19 633 élèves. Onze centres de formation professionnelle, une école de tourisme à Aïn Draham ainsi qu'une école de santé à Jendouba complète le dispositif. L'Université de Jendouba, dont le siège se trouve à Jendouba, accueille plus de 14 700 étudiants pour 500 enseignants ; elle est composée de divers instituts et écoles répartis sur quatre gouvernorats[15].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'économie du gouvernorat de Jendouba est fondée sur la céréaliculture, l'élevage, les cultures maraîchères et l'arboriculture. La superficie des terres agricoles atteint 286 200 hectares, soit 92 % de la superficie totale du gouvernorat et près de 3,4 % de la superficie agricole du pays. Les forêts couvrent 118 470 hectares[1].

Le gouvernorat de Jendouba contribue pour 4,7 % à la production nationale :

  • 9 % de la production céréalière ;
  • 26 % de la production de légumes ;
  • 6 % de la production de viande ;
  • 13,4 % de la production de lait ;
  • 15,36 % de la production de pommes de terre ;
  • 94 % de la production de liège ;
  • 35 % de la production de bois ;
  • 29 % de la production de tabac.

Industrie[modifier | modifier le code]

Le gouvernorat de Jendouba compte 155 entreprises employant un total de 4 270 personnes, soit 36,6 % de la population active du nord-ouest et 1,3 % de l'emploi industriel du pays. La taille moyenne de l'entreprise atteint 27 salariés contre 31 pour l'ensemble de la Tunisie. Cependant, la région compte une dizaine de grandes entreprises industrielles dont l'effectif varie de 68 à 428 emplois. Le gouvernorat dispose de quatre zones industrielles aménagées par l'Agence foncière de l'industrie situées à Jendouba, Bou Salem et Tabarka (I et II). La superficie totale de ces zones est de l'ordre de 36 hectares répartie sur 116 lots. Une zone industrielle est prévue à Bulla Regia d'une superficie de 37 hectares.

L'activité industrielle de la région se base sur le secteur agroalimentaire qui accapare 54 % du nombre des projets, 83 % de l'investissement et 40 % de l'emploi industriel. Elle se caractérise par la présence de deux grandes entreprises de renommée nationale, à savoir le Complexe sucrier de Tunisie et la Laiterie du Nord-Ouest.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le secteur du tourisme ne cesse de progresser, surtout dans les régions de Tabarka et d'Aïn Draham. On y dénombre une trentaine d'unités hôtelières pour plus de 6 200 lits. La région dispose aussi d'un terrain de golf et d'un port de plaisance[15]. Le gouvernorat propose par ailleurs un tourisme culturel axé sur un patrimoine archéologique diversifié, comme à Bulla Regia ou Chemtou, et des festivités d'envergure internationale comme le Tabarka Jazz Festival. Un tourisme thermal lié à l'existence de sources chaudes y est également développé : Ouchtata à Ghardimaou, Essahline à Fernana et Hammam Bourguiba à Aïn Draham[16].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Le gouvernorat dispose d'une ligne de chemin de fer reliant la capitale à l'Algérie à travers les villes de Bousalem, Jendouba et Ghardimaou à Tunis, sur 75,6 kilomètres. On trouve un port de pêche moderne, un port de plaisance de cent places ainsi qu'un aéroport tous situés à Tabarka. Le réseau routier, long de 1 200 kilomètres, doit être complété par le prolongement de l'autoroute A3 entre Oued Zarga et Bou Salem sur 70 kilomètres auxquels s'ajoutent deux bretelles, dont l'une la connectera à Jendouba[16].

Au niveau des ressources hydrauliques, quatre barrages, 39 lacs collinaires et 17 barrages collinaires fournissent un total de 330 millions de mètres cubes d'eau[15]. Deux autres barrages sont en cours d'achèvement et le chantier d'un autre, celui de Mellila, a démarré en 2010. Après le parachèvement de ces nouveaux ouvrages hydrauliques, dont notamment deux lacs collinaires à Oued Mliz et Ghardimaou, les retenues d'eau, dans la région, atteindront 431 millions de m³. Ceci permet au gouvernorat d'être la principale réserve d'eau du pays[17].

Sport[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) Présentation du gouvernorat de Jendouba (Portail de l'industrie tunisienne)
  2. (fr) Estimation de 2013 (Institut national de la statistique)
  3. Société de géographie, Annales de géographie, vol. 34, éd. Armand Colin, Paris, 1925, p. 138
  4. (fr) Recensement de 2004 (Institut national de la statistique)
  5. (fr) « Mouvement partiel des gouverneurs : 2 mutations et 4 nouvelles nominations », Leaders, 27 août 2012
  6. (fr) « Mouvement dans le corps des gouverneurs », Business News, 24 août 2013
  7. Décret du 21 septembre 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°74, 30 septembre 2011, pp. 1989-1990
  8. Décret du 19 octobre 2012 portant dissolution du conseil municipal de Beni Mtir du gouvernorat de Jendouba et désignation d'une délégation spéciale, Journal officiel de la République tunisienne, n°85, 26 octobre 2012, p. 2645
  9. Décret du 19 octobre 2012 portant dissolution du conseil municipal de Bousselem du gouvernorat de Jendouba et désignation d'une délégation spéciale, Journal officiel de la République tunisienne, n°85, 26 octobre 2012, pp. 2644-2645
  10. Décret du 19 octobre 2012 portant dissolution du conseil municipal de Ghardimaou du gouvernorat de Jendouba et désignation d'une délégation spéciale, Journal officiel de la République tunisienne, n°85, 26 octobre 2012, p. 2644
  11. Décret du 8 avril 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°26, 15 avril 2011, pp. 469-474
  12. Décret du 10 juillet 2012 portant modification du décret du 8 avril 2011 relatif à la nomination des délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°56, 17 juillet 2012, pp. 1664-1665
  13. Décret du 19 novembre 2012 portant dissolution du conseil municipal de Tabarka du gouvernorat de Jendouba et désignation d'une délégation spéciale, Journal officiel de la République tunisienne, n°93, 23 novembre 2012, pp. 2948-2949
  14. Décret du 11 avril 2014 modifiant le décret du 19 novembre 2012 portant dissolution du conseil municipal de Tabarka du gouvernorat de Jendouba et la désignation d'une délégation spéciale, Journal officiel de la République tunisienne, n°31, 18 avril 2014, p. 916
  15. a, b et c (fr) Infrastructures du gouvernorat de Jendouba (Centre d'affaires de Jendouba)
  16. a et b (fr) Infrastructures et opportunités d'investissement (Institut supérieur des études technologiques de Jendouba)
  17. (fr) « Jendouba, principale réserve d'eau du pays », Tunis Afrique Presse, 21 mars 2010