Jean-Claude Fontanet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontanet.
Jean-Claude Fontanet (1925-2009). Photographie d'Erling Mandelmann.

Jean-Claude Fontanet, né à Genève le 16 février 1925 et mort le 15 juillet 2009[1], est un romancier suisse de langue française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après ses études au collège Calvin de Genève, il commence à suivre l'enseignement de l'école des Beaux-Arts. À l'âge de 22 ans, sortant de l'école d'officiers, il contracte la tuberculose et doit ensuite séjourner trois ans dans un sanatorium à Leysin. L'expérience de la maladie chronique influencera son œuvre littéraire ultérieure.

Il reçoit le Prix Schiller en 1976 pour son roman L'Effritement et en 1988 le prix de la Fondation Pittard de l'Andelyn[2].

Jean-Claude Fontanet était le fils du caricaturiste Noël Fontanet et le frère de l'ancien conseiller d'État genevois Guy Fontanet.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Qui perd gagne, Éditions de la Baconnière, Neuchâtel, 1959
  • La Mascogne ou le péché mignon du collégien, Éditions de la Baconnière, Neuchâtel, 1962. Le romancier y relate notamment ses souvenirs de tricheries au Collège Calvin à Genève
  • Tu es le père, Éditions de la Baconnière, Neuchâtel, 1965
  • La Montagne, Éditions de la Table Ronde, Paris, 1970
  • L'Effritement, prix de la Fondation Schiller et Prix Alpes-Jura 1976, Éditions de la Baconnière, Neuchâtel, 1975. Ce roman est le sombre récit d'une existence ratée.
  • Mater Dolorosa, prix de la nouvelle de la Ville du Mans 1978, Éditions L'Âge d'Homme, Lausanne, 1978. Ce livre a pour sujet l'angoisse maladive d'une mère qui aime trop son fils.
  • Les Panneaux, Éditions de la Baconnière, Neuchâtel, 1978
  • Printemps de beauté, Éditions L'Âge d'Homme, Lausanne, 1983
  • L'Écrivain, Éditions L'Âge d'Homme, Lausanne, 1987
  • L'Espoir du monde, Éditions L'Âge d'Homme, Lausanne, 1989. L'écrivain raconte en termes romanesques, sa plongée dans une dépression qui l'a conduit à l'hôpital.
  • La Revanche de Monsieur Pélichet, nouvelles, 1997

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marianne Ghirelli, Jean-Claude Fontanet ou Qui perd gagne, Éditions Zoé, Genève, 2004 (ISBN 2-88182-489-7)
  • Ginette Moussa Cantova, Jean-Claude Fontanet, architecte de la douleur, Éditions l'Âge d'Homme, Lausanne, 2008 (ISBN 978-2-8251-3660-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tribune de Genève, 20 juillet 2009.
  2. Tribune de Genève, 14 mai 1988.