Jacques de Saint Victor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacques Maury de Saint Victor, né en 1963, est un historien du droit et des idées politiques, professeur des universités, ainsi qu'un critique littéraire français.

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Jacques de Saint Victor a commencé sa carrière comme avocat[1] et chargé de cours à la Sorbonne, puis il est devenu journaliste au Figaro Économie. En 1996, après son doctorat en histoire du droit[2], il quitte le journalisme pour l'université, tout en restant chroniqueur au Figaro littéraire.

Auteur de nombreux ouvrages sur l'histoire des idées politiques, notamment la pensée libérale, la crise de la démocratie et le populisme, les systèmes de droit et la criminalité organisée, il est membre du comité de rédaction de la revue Cités et corédacteur en chef de cette revue, membre du comité de rédaction de la Revue des deux Mondes. Depuis 2009, il est professeur à l'université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, où il a codirigé le master de « Diversité culturelle ». Ses recherches portent aussi sur l'histoire juridique de la mondialisation. Il est par ailleurs professeur invité à l'Università degli Studi Roma Tre.

Plusieurs de ses ouvrages ont été traduits en différentes langues, notamment en italien. Il est d'ailleurs un spécialiste des questions italiennes.

Oeuvres[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Mme du Barry ou le système de cour, Paris, Perrin.
  • 2006 : Couple interdit, Paris, Fayard.
  • 2007 : Les racines de la liberté : le débat français oublié, 1689-1789, Paris, Perrin.
  • 2007 : Critique des nouvelles servitudes, Paris, Puf.
  • 2008 : Mafias. L'industrie de la peur, Monaco, ed. du Rocher (trad. it. Nuovi Mondi, Modène, 2008).
  • 2010 : La première contre-révolution (1789-1791), (1789-1791), Paris, Puf, coll. Les fondements de la politique.
  • 2010 : Il faut sauver le petit bourgeois, Paris, Puf, coll. La condition humaine (trad. it. ed. de la Bocconi, Milan, 2010).
  • 2012 : Un pouvoir invisible : les mafias et la société démocratique (XIXème-XXIème siècle), Paris, Gallimard (trad. it. ed. UTET, Turin, 2013).
  • 2013 : Patti scelerati. Una storia politica delle mafie in Europa, Milan,UTET, 2013.
  • 2013 : I Nuovi Orizzonti del crimine organizzato, colletti bianchi, affari criminali e mafie (avec J-F. Gayraud), Palerme, Edizioni di storia e studi sociali, 2013.
  • 2014 : Les Antipolitiques, Paris, Grasset.

Prix[modifier | modifier le code]

Pour Les Racines de la Liberté, Jacques de Saint Victor a obtenu le prix Wikibéral 2008.

Pour Un Pouvoir Invisible, il a reçu le prix de l'Essai de l'Académie française 2013, et le prix des Ambassadeurs 2013.

Articles universitaires et ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

Jacques de Saint Victor a écrit de nombreux articles universitaires pour des revues savantes, dont Etudes, la Revue des Deux Mondes, Cités, la Revue française des idées politiques, etc.

Il a collaboré à de nombreux ouvrages collectifs dont Le Dictionnaire du Corps (dir. Michela Marzano, Puf, 2007), Le Dictionnaire de la violence (dir. Michela Marzano, Puf, 2011), dont il a été un des membres du conseil scientifique, Populismes, l'envers de la démocratie (ed. Vendémiaire, 2012), Démocratie état critique (dir. Y-C. Zarka, ed. Puf, 2012). Il a aussi préfacé de nombreux ouvrages, dont le Testament politique de Louis XVI (avec J-C. Petitfils, ed. des Equateurs, 2010).

Nouvelles et romans[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]