Italica (Espagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Italica.
Italica
Amphithéâtre d'Italica
Amphithéâtre d'Italica
Localisation
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Province Bétique
Coordonnées 37° 26′ 38″ N 6° 02′ 48″ O / 37.44381, -6.0466937° 26′ 38″ Nord 6° 02′ 48″ Ouest / 37.44381, -6.04669  

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Italica
Italica

Italica est une ancienne ville romaine de la province de Bétique située sur la municipalité actuelle de Santiponce (province de Séville, Andalousie, Espagne).

Histoire[modifier | modifier le code]

Italica fut la première ville romaine fondée en Hispanie, par Scipion l'Africain. À la fin de la deuxième Guerre punique, Scipion l'Africain répartit entre les soldats de ses légions des parcelles de terre dans la vallée du fleuve Bétis (actuellement Guadalquivir), ce qui fait qu'Italica naquit comme une ville de vétérans (vicus civium romanorum), sur la berge ouest du Bétis en 206 av. J.-C.. Selon D. Nony, c'était « un lazaret de campagne, pouvant devenir garnison face aux incursions des Lusitaniens par exemple »[1].

L'empereur Hadrien est natif d'Italica

A une date inconnue de la période césaro-augustéenne[2], Italica obtint le statut de municipe de droit romain, avec le droit de frapper monnaie. Mais elle atteignit son âge d'or durant les règnes des empereurs Trajan et Hadrien, à la fin du premier siècle et durant le deuxième siècle. Sous Hadrien, Italica demanda et obtint le statut de colonie[3]. Les deux empereurs furent particulièrement généreux avec leur ville natale, en l'agrandissant et en revitalisant son économie. Hadrien fit construire la nova urbs, la ville nouvelle, ville qui eut seulement une certaine activité durant les deuxième et troisième siècles. C'est cette partie qui constitue actuellement la zone archéologique d'Italica. La vieille ville (vetus urbs) se situe sous le centre actuel de Santiponce, puisque cette partie eut plus de continuité, jusqu'à l'époque de l'occupation musulmane.

La zone archéologique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Amphithéâtre d'Italica.

Parmi les restes de ce qui fut la nova urbs on peut distinguer l'amphithéâtre, le théâtre romain, le temple de Trajan (appelé traianeum), les thermes romains et différentes habitations.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nony, D. « La péninsule Ibérique », in Nicolet, Cl.,Rome et la conquête du monde méditerranéen, T.2 Genèse d'un Empire, Paris : PUF, "Nouvelle Clio", p. 672
  2. « rien n'y atteste une constitution municipale avant la guerre sociale », Nony, id., p. 672
  3. Lepelley, dir. Rome et l'intégration de l'Empire. T.2 Approches régionales du Haut-Empire romain. Paris : PUf "Nouvelle Clio", p. 119

Sur les autres projets Wikimedia :