Issas (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Issas.

Issas

Populations significatives par région
Drapeau de Djibouti Djibouti 100 000 (1983[1])
Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie 650 000
Drapeau de la Somalie Somalie 279 000
Autres
Langues

couchitique, somali

Religions

musulmane (plus de 90 %)

Les Issas sont des habitants de la Corne de l'Afrique, principalement au Sud de Djibouti, au Nord-Est de la Somalie et dans l'Est de l'Éthiopie. Ils représentent un sous ensemble de l'une des cinq grandes « confédérations claniques » des Somalis, les Dir.

Les Issas parlent la variante septentrionale du somali[2], une langue couchitique.

Organisation sociale et politique[modifier | modifier le code]

Les relations entre les groupes et à l'intérieur de ceux-ci sont réglementées par un droit appelé xeer. Il organise en particulier le paiement des indemnités dues pour les blessures et décès (dia). Pour Ali Moussa Iyé, ce droit pénal est la base du contrat politique de la «démocratie pastorale» issa[3]. Selon Günther Schlee, ce droit privilégie en fait les plus puissants, qui peuvent «s'attaquer à d’autres en toute impunité»[4], la seule égalité serait celle du rapport de force.

Personnalités d'origine issa[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Lettre de l'Océan Indien, 1986, p. 13.
  2. Mohamed Diriye Abdullahi [2001], Le somali, dialectes et histoire, université de Montréal, PhD de linguistique sous la direction de Kathleen Connors.
  3. Ali Moussa Iye [1988].
  4. Schlee (Günther) [2002], p. 27.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ali Moussa Iye, Le Pouvoir du verbe et la force de la loi : étude du Xeer, contrat socio-politique des pasteurs issas, thèse de sciences politiques sous la direction de François D'Arcy, université de Grenoble 2, 1988.
  • Schlee (Günther), «Régularités dans le Chaos. Traits récurrents dans l'organisation politico-religieuse et militaire des Somali», L’Homme, n° 161, 2002, p. 17-49.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]