Imi Knoebel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Imi Knoebel

Nom de naissance Klaus Wolf Knoebel
Naissance 31 décembre 1940 (73 ans)
Dessau
Mouvement artistique Minimalisme

Imi Knoebel, de son vrai nom Klaus Wolf Knoebel, né le 31 décembre 1940 à Dessau, est un artiste contemporain allemand. Il est principalement connu pour ses peintures et ses sculptures minimalistes.

Biographie[modifier | modifier le code]

De 1964 à 1971, il étudie avec Joseph Beuys à l'Académie des beaux-arts de Düsseldorf[1] en compagnie de Blinky Palermo (avec lequel il partage un atelier), Jörg Immendorff et Katharina Sieverding[2]. Avec Giese et Blinky Palermo (pseudonyme pour Peter Heisterkamp) Knoebel formait un courant d'art minimal parmi les élèves de Beuys - contrairement aux autres élèves de Beuys à la même époque comme Joerg Immendorf, qui se sont tournés vers l'art d'agit-prop. Au début des années 1970 Knoebel faisait partie des habitués du Ratinger Hof, lieu très en vue de la scène de l'époque et situé dans la veille ville de Düsseldorf, géré par Carmen Knoebel avec Ingrid Kohlhoefer (la femme de Christof Kohlhoefer). D'abord Knoebel créa les Linienbilder en noir et blanc (1966-68). Sous l'influence de Kasimir Malewitsch et de son carré noir naissent des sculptures aux surfaces plates, faites de panneaux juxtaposés (ex. Sandwich I et Sandwich II, Pinakothek der Moderne, Munich), ou de lattes et de panneaux d'aluminium très colorés qui par leur alignement évoquent les dessins de Piet Mondrian (par exemple INNINN, Pinakothek der Moderne, Munich). Aujourd'hui Imi Knoebel vit et travaille à Düsseldorf.

En mai 2006, Imi Knoebel est devenu docteur honoris causa de l'université Friedrich-Schiller de Iéna. C'est Frank Stella de New York qui prononça le panégyrique à son adresse.

En 2008 on commanda à Knoebel la réalisation des six nouveaux vitraux de la cathédrale de Reims. Ils ont été installés pour la célébration des 800 ans de la cathédrale, en 2011. Les fenêtres se trouvent dans les deux ailles à gauche et à droite du vitrail de Chagall [3]

Engagement politique et social[modifier | modifier le code]

En 1982 Imi Knoebel commença à s'engager pour Solidarność contre la loi martiale en Pologne, ainsi que Georg Baselitz, Joseph Beuys, Walter Dahn, Jörg Immendorff, Rune Mields, Gerhard Richter, Katharina Sieverding, Thomas Schütte, Günther Uecker et Franz Erhard Walther. Des œuvres présentées auparavant au Kunstmuseum de Düsseldorf furent mises aux enchères le 13 novembre 1982 au bénéfice de Solidarność [4]..

Puis en 1988 Imi Knoebel créa le Kinderstern (étoile des enfants), une œuvre d'art qui, aujourd'hui, encore, lutte pour les droits des enfants, en finançant des projets pour leur défense. Johannes Stuettgen définit l'intention du Kinderstern comme telle : « l'art réel ne peut se concevoir comme un enjolivement ou une mystification des injustices sociales, bien que les enfants en soient les premières victimes. Le Kinderstern ne se veut pas non plus une idée caritative parmi tant d'autres, laquelle ne se contenterait que de masquer la misère établie par les systèmes régnants[5]. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les œuvres de Knoebel sont conservées dans de nombreux musées, parmi lesquels la Dia:Beacon à Beacon aux États-Unis, le Fonds régional d'art contemporain (FRAC) en France, le Kunstmuseum St. Gallen en Suisse, le Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen en Allemagne et le Malmö Konsthall en Suède.

En 2011, nouveaux vitraux dans la cathédrale de Reims pour l'année de son 800e anniversaire.

Vitraux à Notre-Dame de Reims, 2011

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 2013 : IMI KNOEBEL - Vitraux pour la cathédrale de Reims - Kunstsammlungen Chemnitz

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie de Imi Knoebel
  2. Imi Knoebel, Colin Lang
  3. http://www.culture.gouv.fr/champagne-ardenne/3documentation/dossiers/arts_plastiques/nav2_vitraux_cathedrale_reims.html
  4. Polnisches Institut
  5. Kinderstern (Manifest)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Imi Knoebel: Works 1968–1996 (catalogue d'exposition, Amsterdam, Stedelijk Museum, 1996).