Henri Giffard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Giffard.
Giffard portrait 1 200.jpg

Henri Giffard, nom de naissance Henry-Jacques Giffard, né le et mort le à Paris[1], est un inventeur français, à qui l'on doit l'injecteur et le dirigeable propulsé par la vapeur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Naissance et orientation[modifier | modifier le code]

l'Aréostat, le dirigeable Giffard en 1852, lors d'un vol de démonstration entre Paris et Trappes.
Injecteur Giffard

Il naît le à Paris et fait ses études au collège Bourbon. Il se passionne pour les chemins de fer naissants et devient conducteur de locomotive.

Il fait ses premières ascensions en ballon à 18 ans. Il fabrique des moteurs à vapeur à haut rendement avec M. Flaud dès 1849. Dès 1850 il imagine un nouveau système d'injecteur pour les chaudières, mais ne peut le réaliser, faute de moyens. Il dépose le 20 août 1851 un brevet (no 12 226) sur l'application de la vapeur à la navigation aérienne, en collaboration avec l'École Centrale.

Il teste son ballon allongé en 1851, aidé de trois centraliens : David, Sciama et Cohen. Les deux premiers décèdent prématurément. Le , il fait le premier vol propulsé et contrôlé dans un dirigeable, voyageant 27 km de Paris à Trappes dans un ballon de 2 500 m3, équipé d'un moteur de 3 chevaux (voir illustration).

Découvertes technologiques[modifier | modifier le code]

Il dépose un nouveau brevet pour la navigation aérienne en 1855 (no 24057) et fait breveter une valve de régulateur le 26 novembre 1857.

Le 1er février 1858, il fait un nouveau brevet d'un système d'injecteur fonctionnant à la force centrifuge mais est menacé de procès pour plagiat. En remplacement, il brevette l'injecteur, qui fera sa fortune, le . Il s'agit d'un procédé sans aucune pièce en mouvement. Il est composé de deux cônes séparés d'un intervalle libre. La vapeur qui sert à actionner le dispositif se condense en communiquant son énergie sous forme de vitesse à l'eau, qui alimente alors la chaudière, sans gaspillage aucun.

En 1859, la première locomotive équipée du nouveau système est testée, en conservant en parallèle l'ancien procédé en cas de secours, qui ne sera jamais utilisé et vite démonté. Ce dispositif est adapté pour améliorer le procédé Triger, qui permet le creusement de zone inondée en pressurisant l'air ambiant pour faire baisser le niveau de l'eau.

Expositions et perfectionnements[modifier | modifier le code]

Pour l'Exposition universelle de 1867, il construit un ballon à Hydrogène de 5 000 m3, situé Avenue de Suffren, actionné pour la première fois par un treuil à vapeur.

En 1869, il construit un ballon de 12 000 m3 à Londres.

En 1874, il dessine un système de suspension pour les wagons de chemins de fer[2].

Contrairement à la tendance de l'époque qui était d'utiliser le gaz de ville (plus facile à obtenir), il préfère miser sur l'hydrogène (meilleur porteur), se concentrant sur les méthodes de production.

Il perfectionne les procédés de fabrication d'hydrogène à la veille de la construction de son nouveau et gigantesque ballon.

Exposition universelle de 1878[modifier | modifier le code]

Il construit un ballon captif de 25 000 m3 pour l'exposition universelle de Paris de 1878, capable d'emporter 40 passagers.

Ce ballon, situé aux Tuileries, sera l'une des principales attractions de l'exposition. On a dit qu'il fit voler en deux mois autant de personnes que depuis le début de l'aérostation, soit un siècle environ. Une dizaine d'ascensions par jour emmenaient les passagers jusqu'à plus de 500 mètres.

Parallèlement au ballon captif, la machine servant à produire le gaz a permis de gonfler de nombreux ballons libres, permettant des ascensions variées, parfois par groupes (jusqu'à trois ballons simultanément).


Le ballon captif d'Henri Giffard au-dessus de Paris en 1878

Décès et testament[modifier | modifier le code]

Ne s'accommodant pas de sa cécité naissante, il se donne la mort le en respirant du chloroforme[3], léguant son patrimoine à la nation pour qu'il serve aux pauvres et à des buts scientifiques et humanitaires. Il fut le mécène de nombreux aéronautes.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (21e division)[4].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les fondations de l'Académie des Sciences (1881-1915) par Pierre Gauja, p. 333, Fondation Giffard]
  2. Système de suspension pour les wagons de chemins de fer
  3. La Navigation Aérienne L'aviation Et La Direction Des Aérostats Dans Les Temps Anciens Et Modernes. Par Gaston Tissandier. 1886. The Project Gutenberg EBook
  4. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents,‎ 2006 (ISBN 978-2914611480), p. 368

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :