Giovanni Francesco Anerio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Giovanni Francesco Anerio

alt=Description de l'image defaut.svg.
Naissance 1567
Rome, États pontificaux
Décès 1630
Graz, Drapeau de l'Autriche Autriche
Activité principale compositeur, prêtre
Famille Frère cadet de Felice Anerio

Giovanni Francesco Anerio (Rome, 1567Graz, 1630) est un compositeur Italien de la fin de la Renaissance et du début du Baroque, et un membre de École romaine des compositeurs. Il était le frère cadet d'un autre compositeur important de la même période, Felice Anerio.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa principale contribution à l'histoire de la musique est dans le domaine de l'oratorio.

Chanteur dans le chœur d'enfants de la Basilique Saint-Pierre de Rome, puis élève de Giovanni Pierluigi da Palestrina, il est nommé maestro di cappella en 1600 à l'Archibasilique Saint-Jean-de-Latran. Il travaille quelques années à Vérone comme maître de chapelle (maestro di cappella) de la cathédrale, avant de retourner à Rome où il exercera à l'Église Santa Maria dei Monti. Il fut appelé en 1624 à la cour de Sigismond III roi de Pologne en qualité de maître de cour. Il meurt sans revoir Rome, sur le chemin de l'Italie, à Graz, en 1630.

Il a d'abord eu des relations étroites avec les Jésuites, auxquels il doit probablement son voyage en Pologne, et c'est d'ailleurs dans leur église qu'il célébra sa première messe le 7 août 1616, après avoir finalement choisi la voie sacerdotale. Ses premiers mottets, et d'autres pièces de musique religieuse, furent dédiés au père Acquaviva, général des Jésuites, dès son retour à Rome.

Après les jésuites, Anerio s'est rapproché de la congrégation romaine de l'oratoire fondée par Saint Philippe Néri, et du cardinal Ginnasi (de Bologne) dont il devient le musicien privé. Anerio a composé le Teatro armonico e spirituale, publié en 1619, qui marque une étape importante de l'histoire de l'oratorio en langue vulgaire.

Œuvres[modifier | modifier le code]

En plus de ses oratorios, Giovanni Francesco Anerio fut un fécond producteur de musique sacrée avec plus de 320 œuvres auxquelles s'ajoutent des Madrigals et des canzonettes, ainsi que quelques recueils de musique instrumentale comme le Libro delle gagliarde intavolate per sonare nel cembalo e liuto (1607). On retiendra du répertoire sacré la transcription à quatre voix de la Missa Papae Marcelli de Palestrina, la Messe de la Bataille et la Messe Paulina Borghesia sur le Quem dicunt homines dédiée au Pape Paul V Borghese, un Requiem, plusieurs Litanies et de nombreux Mottets. Les oratorios sont eux tous composés en langue vulgaire dont le Dialogue Pastoral de la crèche (1600) et le précédemment cité Théâtre harmonique spirituel.

Sources[modifier | modifier le code]