Georg Voigt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Voigt.
L'historien allemand Georg Voigt.

Georg Voigt, né le 5 avril 1827 à Königsberg, en Prusse orientale et mort le 18 août 1891 à Leipzig, est un historien allemand. Georg Voigt est avec l'historien allemand Jacob Burckhardt, les fondateurs d'une recherche moderne sur la période de la Renaissance.

Georg Voigt est le fils de l'historien allemand Johannes Voigt.

En 1854, il obtint le doctorat d'histoire à l'Université de Königsberg avec une thèse sur la vie du général athénien Alcibiade. Il travailla avec Heinrich von Sybel à l'Académie bavaroise des sciences.

En 1859, avec son collègue Sybel, ils fondent la revue historique allemande Historische Zeitschrift.

En 1860, il est nommé professeur d'histoire à Rostock sur recommandation de Sybel.

En 1866, il est nommé professeur à l'Université de Leipzig.

Dès 1870, d'après l'historien et égyptologue Eduard Meyer, Georg Voigt développa un diabète sévère qui lui fit perdre son audition et affecta, année après année, son état de santé général et son métier d'enseignant. Georg Voigt mourut en 1891 de cette maladie.

Travaux[modifier | modifier le code]

Georg Voigt est avec l'historien allemand Jacob Burckhardt, les fondateurs d'une recherche moderne sur la période de la Renaissance. Ses travaux portent sur le domaine de l'humanisme des 15e et 16e siècles et sur l'évènement historiqque de la guerre de Schmalkalden. Contrairement à Jacob Burckhardt qui analyse la Renaissance et l'humanisme à partir de la période italienne de la fin du Moyen Âge, Georg Voigt fait partir ses recherches dès la Rome antique et Cicéron.

Sources[modifier | modifier le code]