Gaius Claudius Glaber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gaius Claudius Glaber était un préteur romain du Ier siècle av. J.-C., connu pour son implication dans la Troisième Guerre servile.

Histoire[modifier | modifier le code]

Envoyé par le Sénat pour mater la révolte, il assiégea avec 3 000 hommes les forces de Spartacus au Mont Vésuve, bloquant le seul accès connu à la montagne. Les esclaves étant contenus, Glaber se contenta d’attendre jusqu’à ce que la faim les oblige à se rendre. Les insurgés ne réagirent cependant pas de la façon escomptée par le préteur ; ils fabriquèrent des cordes avec les sarments de vigne qui poussaient sur les flancs du Vésuve et s'en servirent pour descendre les roches abruptes du côté de la montagne opposé aux forces romaines. Ils contournèrent la base du Vésuve, prirent l’armée romaine à revers et vainquirent les hommes de Glaber. Les registres romains ne font aucune autre mention de Glaber à la suite de cette défaite. On ne sait pas s'il a été tué ou était simplement considéré comme trop obscure pour être plus mentionné par les historiens classiques. Le professeur Barry S. Strauss a noté que cette « obscurité » du personnage de Glaber est peut-être le signe du peu d'attention que le Sénat romain avait accordé à Spartacus en 73 av. J.-C.

Répresentation[modifier | modifier le code]

Le personnage de Glaber est joué en :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Auteurs antiques
Historiens modernes
  • Jean-Paul Brisson, Spartacus, Club Français du Livre, 1959 ; réédité, CNRS Éditions, 2011
  • Maurice Dommanget, Spartacus, Spartacus, 1948
  • Claude Marle, Spartacus, Bayard, 2009
  • Marcel Ollivier, Spartacus: la liberté ou la mort!, Les Amis de Spartacus, 2001
  • Catherine Salles, -73. Spartacus et la Révolte des gladiateurs, Éditions Complexe, 1990
  • Plamen Pavlov, Stanimir Dimitrov, Spartak - sinyt na drenva Trakija/Spartacus - the Son of ancient Thrace. Sofia, 2009
  • Éric Teyssier, Spartacus, entre le mythe et l'histoire, Perrin, 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]