Froidmont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Froidmont (homonymie).
Froidmont
L'église Saint-Piat
L'église Saint-Piat
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Tournai
Commune Tournai
Code postal 7504
Zone téléphonique 069
Démographie
Gentilé Froidmontois(e)
Population 1 015 hab. (15/10/1999)
Densité 205 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 34′ N 3° 19′ E / 50.567, 3.31750° 34′ Nord 3° 19′ Est / 50.567, 3.317  
Superficie 495 ha = 4,95 km2
Localisation
Localisation de Froidmont au sein de Tournai
Localisation de Froidmont au sein de Tournai

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

Voir sur la carte administrative de Hainaut
City locator 14.svg
Froidmont

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Froidmont

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Froidmont

Froidmont est une section de la ville belge de Tournai, située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Située au sud-ouest de Tournai sur la chaussée de Douai entre Rumes et Ere. Le village est entouré des villages d’Esplechin, Lamain, Marquain, Orcq, Ere, Willemeau et Rumes. Il est rattaché à la chaussée par le lieu dit le « pic au vent ».

Il est traversé par une rivière : le rieu de Barges, qui prend sa source à Bachy en France, et se jette dans l’Escaut à Chercq.

Généralités[modifier | modifier le code]

Froidmont compte 1062 habitants (au 01/06/2011). Le seuil de l’église se trouve à 49 m au-dessus du niveau de la mer et à 80 m en son point le plus haut. Le village a une superficie de 495 hectares.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L’appellation Froidmont est latinisé en fontem montem (idée de fontaine et de montagne), plus tard, en 1107, les documents attestent de frigidus mons (mont froid).

Histoire[modifier | modifier le code]

L’asile[modifier | modifier le code]

La fondation de l’asile remonte à 1675. Cette année-là, le curé de la paroisse Gaspard Devleeschauwer s’associe avec quelques ouvriers de la campagne pour former une maison pieuse sous le nom de « frères de la charité de St-Charles Borromée ». Cette congrégation avait pour but d’instruire gratuitement la jeunesse du village, d’enseigner les métiers aux garçons et de visiter les malades.

En 1766, l’indiscipline règne, la congrégation est expulsée. Une nouvelle maison, L’hospice St-Charles, est alors fondé pour accueillir des aliénés placés sur ordre du juge.

En 1884, les frères sont chassés avec leurs pensionnaires. Ils ouvrent alors l’asile de Tournai qui venait d’être construit sur l’emplacement de la citadelle.

En 1890, les frères reviennent à Froidmont.

Début du XXe siècle, le Docteur Arthur Deroubaix, fut le Médecin en chef de l'Asile St-Charles. Il était tout entier donné à ses malades surtout ceux de l'Asile Saint-Charles pour qui son intelligence supérieure avait conçu, puis mis en œuvre, des thérapeutiques révolutionnaires pour l'époque, et que l'on venait voir de toute l'Europe. Ses collègues avaient reconnu sa compétence exceptionnelle, en l'élisant, avant la guerre de 1914, Président de la Société de Médecine mentale de Belgique.

Vous pouvez, par ailleurs, découvrir la marque de sa vie à Froidmont, dans l'église St-Piat qui se trouve à quelque pas de l'ancien asile et de sa maison deux vitraux offerts à l'église par le Docteur Deroubaix et son épouse Mademe Jeanne Duffosé. Les vitraux sont aux nombres de trois par côté de l'église et ce sont ceux du milieu face à face de part et d'autre de l'église; l'un est voué à Sainte Marguerite et l'autre à Saint Jean-Baptiste.

Durant la Seconde Guerre mondiale, je[Qui ?] tiens à vous faire part d'une anecdote racontée par un de ses petit-fils. Je cite: "Un officier allemand s'était présenté à l'asile de Froidmont et avait demandé à voir le Frère Directeur (l'asile était tenu par les Frères de la Charité de Gand) et le Médecin en chef, le Docteur Deroubaix. L'officier allemand leur avait déclaré que "l'Ordre Nouveau allemand" n'avait besoin ni des juifs, ni des homosexuels, ni des malades mentaux, et qu'il fallait tous les éliminer. En conséquence, tous les malades de la clinique seraient exterminés. Le Docteur Deroubaix avait alors répondu que ni le Frère Directeur, ni lui-même, ne pourraient s'opposer à la force; mais que, si les malades devaient être exécutés, il faudrait commencer par eux, le Frère Directeur et lui, le Médecin en chef; les responsables de la clinique seraient les premiers à être tués. L'officier a éclaté de fureur et s'est retiré. Dieu merci, cette visite n'a pas eu de suite. "

En 1946, l’asile n’offre plus un abri suffisant en raison du mauvais état des bâtiments.

En 1957, les bâtiments sont mis en vente pour 700 000 F. L’État les rachète pour les restaurer afin de décharger l’asile de Tournai d’une partie de ses pensionnaires. Mais l’argent manque et les travaux sont arrêtés. La population est rassurée, le village était surnommé le « village des sots ». Cette appellation n’était pas sans fondement : en effet, durant toute cette période, les fous, dont certains étaient dangereux, circulaient librement, en bande, dans le village et la campagne, effrayant et maltraitant parfois les habitants.

En 1965, Monsieur Moreau, entrepreneur, rachète le domaine en ruine avec l’intention de le raser et d’y construire 42 maisons. La démolition commença en 1971. De l’asile, il ne reste que quelques murs d’enceinte et la maison du médecin directeur.

Le château[modifier | modifier le code]

Construit vers les années 1830, le château, propriété de M. Piat Lefebvre, se situe au milieu d’un parc de 23 hectares. Vendu pour des raisons financières, son nouveau propriétaire le loua aux Sœurs de l’assomption qui y ouvrirent une bibliothèque publique.

En 1917, occupé par l’armée allemande, le château prit feu et fut entièrement détruit. Les Allemands y avaient, à l’époque, construit un champ d’aviation.

Le château resta à l’abandon jusqu’en 1956. Monsieur Duphénieux l’acheta et le restaura. Sa famille en est toujours propriétaire.

La source[modifier | modifier le code]

La fontaine St-Piat, située dans le jardin de l’ancien asile, donne une eau de grande qualité. Il n’était pas rare de voir des gens se déplacer de 50 km pour se ravitailler en eau.

En 1959, une année de grande sécheresse, elle servit à alimenter en eau une grande partie de la ville de Tournai.

D’après une légende, elle porterait le nom de fontaine Saint Piat parce que le saint martyrisé à Tournai serait venu à Froidmont pour y laver ses plaies.

Les anciennes industries[modifier | modifier le code]

La sucrerie resta en activité jusqu’à la guerre 1914-18. C’est la sucrerie Couplet de Wez qui la racheta pour supprimer le danger de concurrence.

  1. La tannerie Couplet reprit les bâtiments inoccupés de l’ancienne sucrerie.
  2. La tannerie Verriest ferma ses portes définitivement en 1935.
  3. La tannerie Dubus produisait 200 cuirs par mois. La tannerie était équipée de 2 fosses pour le travail des rivières et de 8 fosses de tannage. On cessa l’exploitation en 1966.
  • La distillerie vinaigrerie.

Fondée en 1879 la « Distillerie Centrale du Hainaut » ferma ses portes en 1922, suite à une loi sur l’alcool.

Créée en 1913, la brasserie « Le progrès du Tournaisis » eut vite une renommée qui dépassait les frontières du village. Elle cessa le brassage en 1952.

La vie actuelle[modifier | modifier le code]

District de Froidmont[modifier | modifier le code]

Lors de la fusion des communes en 1977 Froidmont a été rattaché au Grand-Tournai. Le district de Froidmont compte 5 villages et 3700 habitants Esplechin, Willemeau, Saint Maur, Ere et Froidmont, C’est pour cela que le village dispose encore d’un bureau de police et d’un bureau de l’administration communale.

Par ailleurs, le village dispose d’une bibliothèque publique.

L’antenne[modifier | modifier le code]

En 1967, la RTB fit construire un pylône de 150 m de haut pour supporter une antenne 20 m afin d’améliorer les conditions de réception des émissions dans la partie Ouest du Hainaut.

Le château d’eau[modifier | modifier le code]

En 1956, un château d’eau intercommunal fut construit dans Froidmont pour alimenter en eau potable les communes de Froidmont, Esplechin, Lamain, Marquain et Hertain.

Le train à grande vitesse[modifier | modifier le code]

Le Train à grande vitesse passe en bordure du village, il relie Bruxelles, Paris et Londres.

Les voies sont installées depuis 1997. Cela a entraîné la modification du paysage par la construction de ponts et de tunnels ainsi que de nouvelles routes.

Les engrais Derasse[modifier | modifier le code]

L’entreprise Derasse qui stocke et vend les engrais et céréales, occupe les bâtiments de l’ancienne sucrerie Couplet. Elle est actuellement la seule entreprise industrielle du village.

La fanfare[modifier | modifier le code]

La Fanfare de Froidmont est née en 1872 à l’initiative de son Président-fondateur, Monsieur François Durieux. Aujourd’hui, après une dépression, qui a suivi le décès des anciens, les plus fervents supporters, et les départs successifs du dernier président Monsieur Géry Derasse et du chef, Monsieur José Eeckhout (au demeurant, toujours au pupitre), elle a pris un nouveau départ sous la Direction d’un très jeune chef, Monsieur Jean-Nicolas Caby.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Monographie de Froidmont. Géry Derasse. 1973
  • Extraits de documents communaux relatifs à la population fournis par le bureau communal du district de Froidmont.
  • Différents articles du Nord Eclair et Du Courrier de L’Escaut conservés par la bibliothécaire de Froidmont.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :