Françoise Landowski-Caillet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Landowski.

Françoise Landowski-Caillet est une pianiste et peintre française, née le 3 mars 1917 à Boulogne-Billancourt et morte le 12 décembre 2007[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille du sculpteur d'origine polonaise Paul Landowski[2] et par sa mère arrière-petit-fils du compositeur Henri Vieuxtemps, sœur du compositeur Marcel Landowski de la peintre Nadine Landowski (1908–1943) et de Jean-Maximilien Landowski (1911-1944), mort pour la France. Née en 1917, ayant longuement séjourné en Italie dans les années 1920 alors que son père dirige la villa Médicis, elle est l'élève de Marguerite Long et mène une carrière de pianiste virtuose internationale après-guerre et jusqu'aux années 1970. Elle devient ensuite professeur de piano au conservatoire de Saint-Denis tout en entamant une seconde carrière comme artiste-peintre. Elle fusionne ses deux expressions artistiques à partir des années 1980 en créant des expositions-concerts où elle joue les œuvres de compositeurs ayant inspiré des peintures exposées et projetées lors des concerts -- notamment autour de Debussy, Ravel et Moussorgski. Son répertoire comprend une importante dimension religieuse, puisqu'elle commence par le chemin de croix de l'église Saint-Pierre du Brusc (à Six-Fours-les-Plages, Var) et se conclut, au début des années 2000, par le chemin de croix de l'église des Launes, toujours à Six-Fours-les-Plages. Elle meurt en 2007.

Elle est l'épouse de Gérard Caillet, écrivain français, auteur notamment de plusieurs livrets pour Marcel Landowski. Elle est également la mère de l'ethnologue Laurence Caillet-Tchang, spécialiste du Japon, et d'Élisabeth Caillet-Durieu, philosophe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie, Who's who.
  2. Fiche du dictionnaire Delarge