Ferdinand Kettler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferdinands ketlers.jpg

Ferdinand Kettler (1655 - 4 mai 1737) fut duc de la Courlande-Sémigalie de 1730 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le dernier fils de Jacques Kettler (1610-1682) et de Louise-Charlotte de Brandebourg (1617-1676).

Il ne devait pas accéder au trône, mais la mort précoce de son frère Frédéric II Casimir Kettler en 1698, le fit devenir régent pour le compte de son neveu Frédéric III Guillaume Kettler, âgé de 6 ans.

Catholique, il s'allia avec son suzerain polonais contre la Suède lors de la Grande guerre du Nord (1700-1721) mais fut vaincu à la bataille de la Daugava en 1701. La Courlande fut occupée et il se réfugia à Dantzig en Pologne.

Après la mort, suspecte et sans postérité, de son neveu en 1711, il devait devenir duc de Courlande. Mais, catholique et surtout Kettler, la noblesse préféra confier le pouvoir à la veuve du défunt, Anne Romanov (future impératrice russe) qui devint régente.

Ferdinand ne reçut le trône qu'en 1730 à l'âge de 75 ans, après le couronnement d'Anne en Russie et l'échec de l'usurpation de Maurice de Saxe, un ancien amant d'Anne, en 1726.

Bien que fort âgé, il se maria rapidement avec la jeune Jeanne-Madeleine de Saxe-Weissenfels (1708-1760), fille de Jean-Georges de Saxe-Weissenfels (1677-1712) pour s'assurer d'un héritier et empêcher une guerre de succession.

Il n'eut pas de postérité et ce fut Jean-Ernest Biron qui lui succéda. Ce dernier ne put réellement s'imposer qu'en 1763, en raison des problèmes internes que connut le duché.

Références[modifier | modifier le code]

  • Suzanne Champonnois, François de Labriolle, Dictionnaire historique de la Lettonie.