Thérapies des fascias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Fasciathérapie)
Aller à : navigation, rechercher

L'expression thérapies des fascias renvoie à des approches, généralement manuelles ou gestuelles, qui recourent aux fascias dans le but d'aider à guérir, de minimiser ou de soulager des symptômes, ou encore d'en prévenir l'apparition.

Andrew Taylor Still, fondateur de l'ostéopathie, s'est le premier intéressé aux fascias dans une démarche thérapeutique.

Ces approches relèvent soit de la médecine non conventionnelle (ostéopathie, fasciapulsologie, fasciathérapie, rolfing, myofascial release) ou de la médecine conventionnelle (kinésithérapie, physiothérapie).

La fasciapulsologie, la fasciathérapie, le rolfing et le myofascial release recourent principalement aux fascias dans leurs fondements théoriques.

La fasciapulsologie et la fasciathérapie sont en France les approches les plus connues[1].

Pour ce qui concerne l'évaluation de ces techniques par la méthode scientifique, s'il n'y a pour l'instant aucune étude souscrivant aux standards de la méthode hypothético-déductive[1],[2], il existe cependant des études qualitatives montrant un apport bénéfique [3],[4],[5].

Libération des muscles para-vertébraux

Fascias[modifier | modifier le code]

Les fascias sont des membranes fibreuses qui recouvrent ou enveloppent les structures anatomiques. Ils protègent et soutiennent l’ensemble des organes, des muscles et des viscères dans le corps humain. Très sensibles à toutes formes de stress physique comme psychologique[réf. souhaitée], ces tissus traduisent la moindre agression du corps[6].

Fasciapulsologie[modifier | modifier le code]

La fasciapulsologie est une thérapie manuelle ciblant des membranes appelées fascias chez l’Humain, du nourrisson à l’adulte. La fasciapulsologie a été mise au point en France par Christian Carini[réf. souhaitée], qui l'enseigne depuis une trentaine d'années. Elle s’intéresse à l’individu dans sa globalité.

Principes fondamentaux de la fasciapulsologie[modifier | modifier le code]

Les 2 aspects de cette méthode sont les fascias et la pulsologie. Le fascia est la fine enveloppe qui protège et soutient l’ensemble des organes, des muscles et des viscères. Il est présenté par les thérapeutes comme très sensible au stress physique et psychologique[réf. souhaitée]. La pulsologie désigne le pouls artériel et la théorie controversée selon laquelle le sang ne circule pas de la même façon dans une zone saine que dans une zone lésée, où son flux serait entravé (ralenti, saccadé, bloqué…). La fasciapulsologie ne comporte aucune manipulation de la structure osseuse. La méthode repose sur le toucher et la capacité des mains du thérapeute à ressentir d'hypothétiques micro mouvements du corps. Aujourd'hui la recherche scientifique s'oriente sur la vasomotion (en)[7],[8], terme anglo-saxon désignant des oscillations rythmiques spontanées du tonus artériel, et à sa régulation par le système nerveux autonome sympathique pour expliquer l'origine de ces micro mouvements[9].

Pulsologie[modifier | modifier le code]

Selon la pulsologie, le réseau artériel et son rythme sanguin permettraient de détecter les zones lésionnelles du corps[réf. souhaitée]. Ce « pouls artériel » serait le témoin de la bonne respiration des tissus. La motilité des fascias conduit à des raideurs tissulaires et un épaississement du tissu conjonctif, ce qui a pour effet de réduire la capacité de circulation et d’oxygénation du sang à travers ses différents systèmes (artériel, veineux et capillaire).
Ainsi, toujours selon cette thèse, le corps se trouverait gêné dans son processus de désintoxication mais aussi dans celui de la nutrition cellulaire à travers les capillaires sanguins présents dans le tissu conjonctif[réf. souhaitée]. La qualité et la bonne santé d’un tissu dépendraient alors de son rythme sanguin et de sa qualité de pulsation.
Le rééquilibrage du flux sanguin, que recherche le fasciapulsologue, permettrait alors, en harmonisant la circulation artério-veineuse et indirectement le flux lymphatique, de faciliter les échanges entre les cellules, afin de rapprocher le corps de son homéostasie, de lui donner son vrai tonus.

Champs d’application[modifier | modifier le code]

Selon ses promoteurs, [réf. souhaitée]cette thérapie soulagerait le stress et ses effets nocifs, les problèmes articulaires et musculaires (entorses, luxations, tendinites, rhumatismes, sciatiques, périarthrites…), certains troubles digestifs et gynécologiques, les migraines, certains troubles de la sphère ORL (sinusites, acouphènes…), certaines allergies. Elle aiderait également les personnes souffrant de dépression nerveuse, de fatigue mais aussi de psychopathologie. Il semble que ces prétentions thérapeutiques soient largement surestimées[2].

La fasciapulsologie ne dispense en aucun cas d’un suivi médical.

Contre-indications[modifier | modifier le code]

La fasciapulsologie n’est pas recommandée aux porteurs de pacemaker, ni aux femmes enceintes de moins de trois mois[réf. souhaitée]. Elle n’est pas indiquée pour les personnes souffrant d'hypertension artérielle si elles ne sont pas sous contrôle médical. Elle ne convient pas aux personnes atteintes de phlébite. Elle ne s’adresse pas aux personnes sous anticoagulant pendant la durée du traitement. Ces restrictions découlent logiquement de la restauration du flux sanguin.

Christian Carini[modifier | modifier le code]

Christian Carini est kinésithérapeute. Il est né le 6 janvier 1945 en France.
Il fonde en septembre 1979 la Lemniscate Academy en France où il enseigne pour la 1re fois sa méthode sous le nom de « fasciathérapie ».
En 1982, il crée la première école de « fasciathérapie » à Montréal, au Québec. En 1988, pour éviter toute confusion avec l'autre école qui s'est fondée sur ces principes, il rebaptise sa méthode « fasciapulsologie », terme qui selon lui, correspond davantage à son travail thérapeutique.
En 1998 il crée l'IFCC, Institut dans lequel il intervient et forme les fasciapulsologues.
Novembre 2011 ouverture de l'IFCC France.
Christian Carini soigne aujourd’hui de nombreux athlètes[10],[11],[12].

Formation des praticiens fasciapulsologues[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui seul l'IFCC est habilité à former des fasciapulsologues.
Après 3 années (à raison de 10 stages par an) de formation à l'IFCC (Institut de fasciapulsologie de Christian Carini), les élèves sont « certifiés en fasciapulsologie » s’ils ont passé avec succès l’examen théorique et pratique de fin de 1er cycle. S’en suivent 2 années de formation complémentaire (2nd cycle) avec présentation d’un mémoire qui leur permettra d’obtenir un « diplôme de fasciapulsologie »[13]. Il leur est demandé de participer aux stages de remise à niveau proposés régulièrement par le Groupement International de Fasciapulsologie GIF, association qui fédère les fasciapulsologues[14].

Fasciathérapie "méthode Danis Bois"[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Danis Bois a donné son nom à cette pratique, brevetée, d'inspiration relativement mystique, dans les années 1980 [15]. Ce dernier fut le disciple de Ram Chandra, à l’origine du mouvement Shri Ram Chandra Mission, décrit comme « mouvement sectaire orientaliste de plus de 2 000 adhérents » dans le premier rapport de la Commission d’enquête parlementaire sur les sectes en 1995. Danis Bois indique dans l’un de ses ouvrages que le premier à avoir parlé du « mouvement interne », base de la fasciathérapie, est Ram Chandra. Ces éléments ont fait l’objet d’un rapport au Sénat remis en mars 2013 (Mézard, 2013, audition d’Olivier Hertel p. 234).

Principes fondamentaux[modifier | modifier le code]

La fasciathérapie, ou méthode Danis Bois, est distincte des autres méthodes travaillant sur les fascias (Rolfing, ostéopathie des fascias, fasciapulsologie) et a ses modèles propres. Elle repose sur le principe théorique suivant, non étayé scientifiquement : les fascias posséderaient une mémoire tissulaire leur permettant de garder une trace des agressions que subit l'individu et il serait possible de les rééquilibrer manuellement pour retrouver la santé[15].

Prétentions[modifier | modifier le code]

Il existe 90 documents sur la fasciathérapie portant sur différentes thématiques[réf. nécessaire] : concepts de fasciathérapie, santé mentale, musculo-squelettique, pelvi-périnéologie, kinésithérapie du sport, oncologie et soins de support, édutation thérapeutique et pédagogie, enseignement et professionnalisation de la fasciathérapie. Aucun de ces documents n'a de valeur scientifique. On trouve aussi 13 articles[réf. nécessaire] publiés dans les différentes revues non scientifiques de kinésithérapie durant 10 années de 2002 à 2012. Au total on dénombre 103 références professionnelles qui illustrent ses prétentions éducatives et curatives.

Cependant, une seule étude clinique (Quéré et al., 2009) est parue sur le sujet [2]. Seules deux occurrences existent concernant la fasciathérapie dans la base de données Pubmed : l'étude clinique, présentant de nombreux biais méthodologiques ainsi qu'un article tentant de préciser les mécanismes en jeu dans l'étude précédente[15].

Les premiers travaux exploratoires ont précisé les impacts de la fasciathérapie sur le soin de kinésithérapie : ainsi, les premières enquêtes qualitatives par entretiens menés auprès des patients[4],[5] (Angibaud, 2010 ; Sercu, 2011) ont la prétention d'avoir montré que la fasciathérapie serait une méthode globale qui développerait la perception de soi (sentiment d’existence), agiraitt sur la sphère psychique (relâchement, diminution de l’anxiété et des tensions somato-psychiques, sentiment de bien-être), sur la douleur (diminution de la douleur physique et des tensions psychiques), et développerait des compétences éducatives (changements du rapport à la santé, du regard sur soi, sur la maladie, et des attitudes et des comportements)[4] (Bothuyne, 2010).

Des recherches exploratoires avec une méthodologie qualitative ont été menées dans le but de comprendre les impacts de la fasciathérapie sur des pathologies complexes telles que la lombalgie (Sercu, 2011, Barbier-Godard, 2013) ou la fibromyalgie[16]. Concernant la kinésithérapie du sport, sept résultats de recherche effectuées dans le cadre du Master de kinésithérapie du sport[17] (Bosphore, 2013, Lambert, 2013, Leray, 2013, Serre, 2013, Fenet, 2013, Giroder, 2013) et une recherche doctorale[18].

D’autres recherches portent plus précisément sur l’étude des compétences développées par le kinésithérapeute au contact du toucher spécifique de la fasciathérapie : ces travaux montreraient que l’apprentissage du toucher de fasciathérapie génère une transformation du champ perceptif, cognitif, relationnel et identitaire du kinésithérapeute (Courraud, 2012). Le toucher de fasciathérapie développerait également des habiletés relationnelles et des qualités d’écoute et d’empathie, ainsi que des compétences nouvelles (Bourhis, 2012).

Formation des fasciathérapeutes[modifier | modifier le code]

La formation des kinésithérapeutes à la fasciathérapie méthode Danis Bois se déroule sur trois années scolaires et comprend 500 heures de formation réparties en 18 stages. Des écoles existent au Québec, au Brésil, en Belgique, en Suisse, en Grèce, au Portugal, en Allemagne[réf. nécessaire]. D'autres formations en fasciathérapie, entendue comme thérapie manuelle des fascias et du tissu conjonctif, existent pour les kinésithérapeutes comme à l'Institut de Thérapie Manuelle de Paris en France, ou à l'institut de thérapie manuelle neuro-orthopédique en Suisse[réf. nécessaire].

Critiques[modifier | modifier le code]

Depuis 2012 le Conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes indique dans son avis du 22 juin 2012 relatif à la fasciathérapie que l’usage du titre de fasciathérapeute par un kinésithérapeute relève de la faute professionnelle[15].

Un travail universitaire de recherche (de niveau master 1) a étudié la bibliographie de la fasciathérapie de façon exhaustive jusqu'en juin 2011. Cette étude conclut qu'il n'y a à cette date aucune publication démontrant l'efficacité propre de la fasciathérapie. L'impression d'efficacité associée à cette méthode relèverait d'effets contextuels, de guérison naturelle, ou de mécanismes psychologiques aujourd'hui bien connus (absence de recul critique, besoin de croire, confusion entre « corrélation » et « causalité », dissonance cognitive, suggestion) et non spécifiques à la fasciathérapie[2].

Myofascial release[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Myofascial release.

Le myofascial release est une branche de l'ostéopathie qui a été reprise et développée par John F. Barnes. Son objectif est de lever les tensions myofasciales créées par les traumatismes principalement physiques, mais également psychiques.

Rolfing[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rolfing.

Également nommé « intégration structurale du corps et du mouvement », le Rolfing a été développé par Ida Rolf dans les années 1950. C'est une thérapie manuelle qui s'adresse principalement aux fascias dans le but d'organiser le corps humain pour qu'il s'adapte au mieux à la gravité terrestre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Fascias[modifier | modifier le code]

  • Roger Fiamemetti, Le langage émotionnel du corps, l'approche somato-émotionnelle Chemin de libération, DERVY,‎ 2008 (ISBN 9782911074394)
  • Serge Paoletti, Les Fascias, Rôle des tissus dans la mécanique humaine, Sully,‎ 2002 (ISBN 9782844542885)
  • Stephane Rudaz, Guide des métiers du nouvel âge, Recto-Verseau,‎ 1993 (ISBN 9782883430105)
  • Marcel Bientfait, Le Fascia, Le Pousoe,‎ 1982
  • Robert Schleip, Thomas W.Findley, Leon Chaitow, Peter A.Huijing Fascia, the tensional Network of the human body. Churchill Livinstone. Elsevier 2012

Fasciapulsologie[modifier | modifier le code]

  • Carini C. avec la collaboration de Micheline Bourgoin, Les mains du coeur, Robert Laffont,‎ 1995 (ISBN 978-2221076415)
  • Margot O. et Joël Bats, Football (L'Aventure du sport), Hatier & Rageot,‎ 1985, 127 p.

Fasciathérapie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • C. Courraud, 1999, Fasciathérapie Méthode Danis Bois et sport - Le match de la santé, Ivry : Point d'Appui
  • H. Courraud-Bourhis, 2000, La Méthode Danis Bois - Biomécanique sensorielle, Ivry : Point d'Appui|
  • D. Bois, 2007, Corps sensible et transformation des représentations. Propositions pour un modèle perceptivo-cognitif de la formation d’adulte, Thèse de doctorat de l'Université de Séville, Espagne
  • D. Bois, 1990, Une thérapie manuelle de la profondeur, Paris : Trédaniel
  • N. Quéré, 2004, La pulsologie, Méthode Danis Bois. Action sur les fascias, le système vasculaire et la microcirculation en approche manuelle., Paris : Point d'appui
  • I. Eschalier, 2010, La fasciathérapie, une nouvelle méthode pour le bien-être, Paris : Trédaniel

Études cliniques[modifier | modifier le code]

  • Ph. Rosier, La fasciathérapie méthode Danis Bois et la récupération physique, mentale et somato-psychique du sportif de haut niveau. Évaluation quantitative et qualitative auprès d’une population de sportifs de haut niveau (Thèse de doctorat, Université Fernando-Pessoa),‎ 2013 (lire en ligne [PDF])
  • Rosier Ph. « Étude de l’impact de la Fasciathérapie sur la récupération du sportif de haut niveau : état des lieux d’un projet doctoral » Réciprocités No 7, mars 2013
  • C. Convard, Fasciathérapie et anxiété sportive - Étude des effets de séances de fasciathérapie sur l'anxiété de 5 compétitrices en gymnastique rythmique, Porto (Mémoire de Mestrado en kinésithérapie sportive, Université Fernando-Pessoa),‎ 2013
  • Raedts, L. « La fasciathérapie appliquée au fascia thoraco-lombaire est-elle efficace dans le traitement des cervicalgies, des dorsalgies et des lombalgies ? » Mémoire de master en kinésithérapie, directeur de recherche Valérie Nieves, Institut d'enseignement supérieur Parnasse - Deux Alice associé à la Haute École Léonard De Vinci, Département de kinésithérapie, Bruxelles 2013
  • Maes G. « La différence de la perception de la maladie chez des patients avec des dorsalgies et des cervicalgies : Kinésithérapie vs fasciathérapie », Université libre de bruxelles VUB, Bruxelles 2012
  • R. Abi Zeid Daou, N. Abdelnour Lattouf « Évaluation de thérapie manuelle des tissus mous chez des femmes présentant des douleurs lombaires suite à une anesthésie péridurale obstétricale : étude contrôlée randomisée » Kinésithérapie La revue 2012;12:52-9.
  • Janian M. et El Hachem N. « L’évaluation de l’efficacité du traitement neuroméningé et fasciathérapique dans la récupération de l’amplitude articulaire de l’épaule après une masectomie unilatérale totale chez les femmes entre 40 et 60 ans » Kinésithérapie Scientifique, mars 2011
  • N. Poirier Coutansais, C. Courraud, JM. Commer, F. Polycarpe, D. Bois, E. Jadaud (CRLCC Paul-Papin - École de Fasciathérapie Point d'Appui-IAA/UFP - Université Fernando-Pessoa, Porto - CERAP) La fasciathérapie comme soin de support en oncologie, étude de faisabilité dans une unité de soins palliatifs,. Prix du poster de l'AFSOSS en 2010
  • Angibaud, A. Le mal être et la somatisation sous l'éclairage de la fasciathérapie. Mémoire de Mestrado en Psychopédagogie perceptive, Université Fernando Pessoa, 2011, Porto.
  • (en) P.Roosen, P.Rosier, P.Sercu, K.Vanden Borre, R.DE Ridder, N. Mahieu [Department of Rehabilitation Sciences and Physiotherapy, Ghent University, European college of fasciatherapy, Temse, Belgium and CERAB Paris] The influence of a single fasciatherapy treatment (Danis Bois) on the muscle strength of young sportmen with a subacute ankle sprain, poster présenté au 3e congrès de recherche sur le fascia – 2012 Vancouver : http://www.fasciacongress.org/2012/Abstracts/77_Roosen.pdf
  • (en) Payrau B, Noël E, Quere N, Bois D, Arterial Blood Turbulences turned into Laminar Flow after Fasciatherapy Danis Bois Method with Pulsology Touch Treatement, poster présenté au post-congrès, Second Fascia Research Congress, 2009, Amsterdam.
  • (en) N. Quéré et al. « Fasciatherapy combined with pulsology touch induces changes in blood turbulence potentially beneficial for vascular endothelium » Journal of Bodywork and Movement Therapy 2008, DOI:10.1016/j.jbmt.2008.06.012
  • (en) Payrau B, Quéré N, Bois D., « Vascular Fasciatherapy Danis Bois Method: a Study on Mechanism Concerning the Supporting Point Applied on Arteries », International Journal of Therapeutic Massage & Bodywork, vol. 4, no 4,‎ 31 décembre 2011, p. 10-9. (ISSN 1916-257X, lien PubMed?, lire en ligne)

Étude mixte[modifier | modifier le code]

  • Devulder, C. 2008. Intérêt des thérapies psychocorporelles dans l'anorexie mentale: Expérience d'une prise en charge par fasciathérapie chez les patientes anorexiques hospitalisées. Thèse pour le diplôme d'état de Docteur en Médecine. Université du droit et de la santé. Lille 2.
  • Devulder, C. 2008. Étude de l'efficacité d'une thérapie psychocorporelle dans le traitement de l'anorexie mentale. Mémoire pour le diplôme d'études spécialisées en psychiatrie. Université du droit et de la santé. Lille
  • C. Dupuis, Fibromyalgie, douleur et fasciathérapie, étude des effets somatiques, psychiques et sociaux (Master 2 de recherche de l'Université Fernando-Pessoa),‎ 2012

Études qualitatives[modifier | modifier le code]

  • Angibaud A. Le mal-être et la somatisation sous l'éclairage de la fasciathérapie., master 2 de recherche de l'université Fernando Pessoa, 2011
  • T. Duval, Fasciathérapie et transformation du rapport à la santé. Étude auprès de patients suivis en fasciathérapie (Master 2 de recherche de l'Université Fernando-Pessoa),‎ 2010 (lire en ligne [PDF])
  • C. Courraud, Toucher psychotonique et relation d’aide : l’accompagnement du patient en fasciathérapie et kinésithérapie (mémoire de Master 2 de recherche en psychopédagogie perceptive, Université Moderne de Lisbonne),‎ 2007 (lire en ligne [PDF])

Etude bibliographique et conceptuelle[modifier | modifier le code]

  • La fasciathérapie Méthode Danis Bois et les fascias sous l'éclairage des recherches scientifiques actuelles. Aspects tissulaires, vasculaires, cellulaires et biochimiques. Quéré (2010). Mémoire de Mestrado en Psychopédagogie perceptive, Université Fernando Pessoa Porto.
  • M.C. Marty, Le concept du point d’appui dans la fasciathérapie méthode Danis Bois, Analyse bibliographique de l’émergence et du processus d’élaboration pratique, théorique et philosophique (Mémoire de Mestrado en Psychopédagogie perceptive, Université Fernando Pessoa Porto),‎ 2012

Étude critique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lucie Dumoulin et Léon René de Cotret, « les thérapies des facias », sur passeportsante.net,‎ janvier 2007
  2. a, b, c, d et e N Darbois (dir. : S Bernelle et R Monvoisin) « La fasciathérapie "méthode Danis Bois" : niveau de preuve (2012) d'une pratique de soin non conventionnelle », mémoire pour l'obtention du Diplôme d'État de Masso-Kinésithérapeute et du Master 1 Mouvement Performance Santé Ingénierie, université Joseph-Fourier Grenoble-I, juin 2012, 90 pages.
  3. A. Angibaud, Le mal-être et la somatisation sous l'éclairage de la fasciathérapie,‎ 2011 (lire en ligne [PDF])
  4. a, b et c Duval 2010
  5. a et b Courraud 2007
  6. (en)R. Schleip, W. Klingler, and F. Lehmann-Horn « Fascia Is Able to Contract in a Smooth Muscle-like Manner and Thereby Influence Musculoskeletal Mechanics » Proceedings of the 5th World Congress of Biomechanics, Munich, Germany 2006, p. 51-54.
  7. (en) Haddock RE, Hill CE. « Rhythmicity in arterial smooth muscle » J Physiol (Lond ). 2005;566: 645-656.
  8. (en) Aalkaer C, Nilsson H. « Vasomotion: cellular background for the oscillator and for the synchronization of smooth muscle cells » Br J Pharmacol. 2005; 144: 605-616.
  9. (en) Parthimos D, Haddock RE, Hill CE, Griffith TM. « Dynamics of A Three-Variable Nonlinear Model of Vasomotion: Comparison of Theory and Experiment » Biophys J. 2007; 93:1534-1556.
  10. Journal L'Équipe du 25 juillet 1995
  11. L'Équipe Magazine no 503, p. 98
  12. Journal L'Équipe du 19 juin 1992
  13. « Site fasciapulsologie.com » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-08
  14. Groupement International de Fasciapulsologie, Charte des praticiens
  15. a, b, c et d R Monvoisin et N Pinsault, Tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur les thérapies manuelles, Presses universitaires de Grenoble (PUG), février 2014, 308 pages. (OCLC 880268020)
  16. Dupuis 2012
  17. Convard 2013
  18. Rosier 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Fasciapulsologie[modifier | modifier le code]

Fasciathérapie[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]