Fabrizio Mori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mori.
Fabrizio Mori Portail athlétisme
Informations
Discipline(s) 400 m haies
Nationalité Drapeau : Italie Italien
Naissance (44 ans)
Lieu Livourne
Palmarès
Championnats du monde 1 0 0
Championnats d'Europe 0 0 1

Fabrizio Mori, né le à Livourne, est un ancien athlète italien, pratiquant le 400 mètres haies.

Biographie[modifier | modifier le code]

Participant à sa première finale en grand championnat lors des Jeux olympiques de 1996 à Atlanta où il termine à la sixième place, il échoue au pied du podium lors des mondiaux d'Athènes en 1997. L'année suivante, aux Championnats d'Europe 1998 de Budapest, il remporte sa première médaille avec le bronze.

C'est à Séville lors des Championnats du monde 1999 qu'il obtient son meilleur résultat avec le titre mondial. Il participa aux Jeux olympiques de Sydney en 2000 où il s'incline en finale dans un temps de 48 s 78, terminant à la septième place.

Pour le mondial 2001 à Edmonton, compétition où il défend son titre, il termine second derrière Félix Sánchez, établissant au cours de cette épreuve son record personnel et record d'Italie en 47,54 secondes.

Un athlète contesté[modifier | modifier le code]

Fabrizio Mori est un athlète dont la réputation est peu flatteuse. Ainsi, il est accusé de dopage par la presse transalpine[1], et l'on considère qu'il est auteur d'irrégularités dans sa course et sa technique de franchissement de haies[2].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Championnats du monde d'athlétisme[modifier | modifier le code]

Championnats d'Europe d'athlétisme[modifier | modifier le code]

Coupe d'Europe des nations d'athlétisme[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Diagana, dommage », La Dépêche du Midi,‎ 29 août 1999 (lire en ligne)
  2. « Diagana : « Ma première au Stade de France. » », L'Humanité,‎ 21 juin 2000 (lire en ligne)