Encyclopédie de Yongle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une double page de l'Encyclopédie de Yongle, réédition partielle de 1962.

L'Encyclopédie de Yongle ou Yongle Dadian (en chinois traditionnel 永樂大典 en chinois simplifié 永乐大典, en pinyin Yǒnglè Dàdiǎn ; littéralement, Le Grand Canon ou les Vastes Documents de l'ère Yongle), est une compilation chinoise des connaissances de l'époque, rédigée sur ordre de l'empereur Yongle de la Dynastie Ming à compter de 1403. Il s'agissait alors de la plus grande encyclopédie connue au monde, ainsi que de l'un des premiers ouvrages du genre.

Rédaction de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Deux mille savants travaillèrent sur ce projet sous la direction de Yongle (qui régna de 1402 à 1424), y incorporant environ 8 000 textes, datant de l'Antiquité à la période contemporaine de la dynastie régnante. Ils couvrirent ainsi une grande variété de sujets, parmi lesquels l'agriculture, les arts, l'astronomie, la géologie, l'Histoire, la médecine, les sciences naturelles, la religion et la technologie, auxquels ils ajoutèrent des descriptions d'événements naturels inhabituels ou inexpliqués. L'Encyclopédie, qui fut terminée en 1408 à l'Université de Nankin, comptait originellement 22 877[1] ou 22 937[2] rouleaux manuscrits, selon les sources, répartis en 11 095 volumes pour un total d'environ cinquante millions de sinogrammes[3]. L'ensemble occupait un volume estimé à 40 m3[1]. Son rôle était d'inclure tout ce qui avait alors été écrit à propos du canon confucianiste, des arts et des sciences humaines et exactes. Il s'agissait finalement d'un monumental recueil d'extraits et travaux tirés de la littérature et de la culture chinoise.

Transcription et disparition[modifier | modifier le code]

Par sa taille hors-normes, l'encyclopédie ne put être imprimée grâce à des blocs en bois, comme le permettait la technique de l'époque pour des documents moins volumineux. L'on pense que seules deux copies, elles aussi manuscrites, en furent faites. L'original s'est perdu, mais il est acquis qu'en 1557, sous la supervision de l'Empereur Jiajing, la première copie de l'ouvrage fut partiellement sauvée d'un incendie qui détruisit trois des palais de la Cité interdite. Après ce sinistre, Jiajing ordonna que fut réalisée une seconde copie de l'Encyclopédie.

Des trois exemplaires connus, seuls 400 volumes sont parvenus jusqu'à notre époque. Nul ne sait ce qu'il est advenu de la première copie et aucun document historique ne fournit de piste à ce sujet. La seconde, quant à elle, fut graduellement disséminée et la majorité de son contenu se perdit à compter du XVIIIe siècle ; les 800 volumes restants furent, pour partie, détruits par l'incendie de l'Académie Hanlin, déclenché par les forces chinoises lors d'une attaque menée à l'encontre de l'occupant britannique. Les rouleaux qui échappèrent au feu furent récupérés par l'Alliance des huit nations lors de la répression de la révolte des boxers en 1900[4], et sont à présent répartis dans des collections privées de par le monde[5].

Nul ne sait avec précision ce qu'est devenu l'original. Quatre hypothèses sont communément émises à ce sujet[1] :

  • il fut détruit, à Nankin, dans l'incendie de 1449 ;
  • il brûla en même temps que le Palais de la pureté céleste, situé dans la Cité interdite, durant le règne de l'Empereur Jiaqing de la Dynastie Qing ;
  • il fut détruit dans l'incendie de Wenyuange, la bibliothèque Impériale de la Cité interdite, à la fin de la Dynastie Ming ;
  • il fut caché et perdu. Concernant cette dernière hypothèse, certains chercheurs pensent que l'Encyclopédie originale disparut à la mort de Jiajing, qui l'aurait faite enterrer avec lui, et qu'elle sera un jour retrouvée au sein du complexe funéraire de Yongling.

Une portion de l'encyclopédie, représentant cent des volumes originaux fut publiée en chinois, en 1962. Enfin, la Bibliothèque Nationale de Pékin, qui conserve 221 volumes de la copie la plus tardive, a annoncé[6] vouloir numériser les fragments de l'encyclopédie encore en sa possession.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c East Asia: A Cultural, Social, and Political History, p.272. (cf. bibliographie ci-dessous).
  2. (en) Ce chiffre est celui repris par le site chinaculture.org dans cet article consacré à l'Encyclopédie.
  3. (fr) L'on trouvera nombre de précisions chiffrées sur l'Encyclopédie dans cet article de China Today, repris sur le site chine-informations.com.
  4. (en) Destruction of Chinese Books in the Peking Siege of 1900, quelques explications historiques sur les destructions massives de livres causées par les divers incendies de 1900, lors du siège de Pékin.
  5. (en) Experts Urge Collectors To Share World's Earliest Encyclopedia (« des experts pressent les collectionneurs de partager la plus ancienne encyclopédie du monde ») sur china.org.
  6. (en) China to Digitalize World's Earliest Encyclopedia, annonce officielle reprise par peopledaily.com.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ebrey, Patricia Buckley, Anne Walthall, James B. Palais (2006) : East Asia: A Cultural, Social, and Political History, Boston, éd. Houghton Mifflin Company. ISBN 0-618-13384-4.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]