Droits et libertés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La notion de droits et libertés est une théorie en philosophie du droit naturel désignant l'ensemble des normes par lesquelles une personne ou un groupe jouit d'un pouvoir d'autogouvernance.

Définis par la loi naturelle, les droits et libertés constituent l'essence de la common law et de l'état de nature. Implicitement liés aux concepts d'autonomie, de libre arbitre et de souveraineté individuelle, ils s'appuient foncièrement sur la prémisse initiale où toute personne a droit de tout et est libre de tout. Du coup, la confrontation des droits et libertés les uns par rapport aux autres tient compte d'un contrat social appuyant la justice naturelle et, conséquemment, l'ordre public. Parallèlement, l'application des droits et libertés diffèrent selon les conceptions et réalités sociales relatives à l'éthique, la déontologie, la morale et les valeurs personnelles et culturelles. En contrepartie, l'universalité de certains droits et libertés sous-tend l'idée de la nature humaine.

Types de droits[modifier | modifier le code]

  • Droits d'auteur
  • Droits d'accès aux technologies de l'information
  • Droits des travailleurs
  • Droits linguistiques
  • Droits à la reproduction

Détenteurs de droits[modifier | modifier le code]

  • Droits humains
  • Droits des animaux
  • Droits des hommes
  • Droits des femmes
  • Droits des pères
  • Droits des mères
  • Droits des enfants
  • Droits de la jeunesse
  • Droits des étudiants
  • Droits des fœtus
  • Droits des minorités

Droits humains[modifier | modifier le code]

Droits civiques et politiques[modifier | modifier le code]

Droits économiques, sociaux et culturels[modifier | modifier le code]

Distinctions théoriques des droits[modifier | modifier le code]

Droits légaux vs légitimes[modifier | modifier le code]

Les droits légaux sont des droits énoncés ou énumérés dans des codes et textes de loi par une autorité législative. Ils sont alors conséquents aux cultures et régimes politiques. En revanche, les droits légitimes (aussi appelés « droits naturels » ou « droits inaliénables ») sont des droits universels indépendants de toutes croyances ou pratiques locales et inhérents à la nature humaine.

Dans un système de droit romano-germanique, les droits légitimes sont nécessairement des droits légaux pour que leur applicabilité soit effective. En revanche, tous les droits légitimes sont implicitement applicables dans les systèmes juridiques de common law; certains droits étant parfois repris sous la forme de droits légaux afin de souligner leur importance relative aux yeux de la culture locale.

Droits individuels vs collectifs[modifier | modifier le code]

Les droits individuels sont des droits inhérents à l'individualité d'une personne en tant qu'être ou entité libre et autonome. Ils s'opposent alors aux droits collectifs qui sont intrinsèques au groupe auquel l'individu appartient.

De manière générale, les droits collectifs sous-tendent l'idée d'une acquisition ou extinction de certains droits individuels. Cette iniquité prend alors sa légitimité dans le libre arbitre des individus et leur choix d'appartenir au groupe.

Les droits individuels sont généralement des droits civils et politiques, alors que les droits collectifs sont d'ordre économique, social et culturel.

Droits d'action vs de liberté[modifier | modifier le code]

Droits positifs vs négatifs[modifier | modifier le code]

Distinctions théoriques des libertés[modifier | modifier le code]

Libertés individuelles vs mutuelles[modifier | modifier le code]

Libertés positives vs négatives[modifier | modifier le code]

Libertés réelles vs superficielles[modifier | modifier le code]

Charte des droits et libertés[modifier | modifier le code]