Dominique Dubarle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dominique Dubarle (1907 à Biviers - 1987) est un religieux et philosophe français. Dominicain, professeur au Saulchoir, il a été expert au concile Vatican II et doyen de la faculté de philosophie de l'Institut catholique de Paris de 1967 à 1973.

Il collabora avec Louis Leprince-Ringuet à résoudre des problèmes de physique nucléaire. Il contribua à faire connaître la cybernétique en France dès 1948[1] et écrivit un essai sur Norbert Wiener.

La pensée de Dominique Dubarle, doyen de la Faculté de philosophie de l'Institut catholique de Paris (1967-1973), se révèle d'une exceptionnelle profondeur. Formé à la logique mathématique et à l'épistémologie des sciences, travaillant suivant la voie tracée par Aristote et saint Thomas d'Aquin, sur le front de l'ontologie, nouant un incessant dialogue avec la pensée hégélienne, réfléchissant inlassablement sur les données et les enjeux de la culture contemporaine, il a repensé fondamentalement les liens entre vérité et acte philosophique, métaphysique et liberté, théologie et philosophie.

Il est le frère d'André-Marie Dubarle (1910-2002), également dominicain et professeur au Saulchoir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres en collaboration[modifier | modifier le code]

Apparition cinématographique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D. Dubarle, “Une nouvelle science : la cybernétique - Vers la machine à gouverner ?”, Le Monde, 28 décembre 1948 et cité dans P. Breton, “A l’image de l’Homme”, Seuil, 1995, p. 137-138. D. Dubarle, “Idées scientifiques actuelles et domination des faits humains,” Esprit N°9, 18 (1950), pp. 296-317.

Articles connexes[modifier | modifier le code]