Le Saulchoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saulchoir)
Aller à : navigation, rechercher

Le Saulchoir est le lieu d'études de la province dominicaine de France depuis 1904. Si le nom n'a pas varié, le lieu qu'il désigne a changé en fonction des époques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après l'expulsion des congrégations catholiques en 1903, les dominicains de la province de France se réfugièrent en Belgique, près de Tournai, dans la localité de Kain. En 1904, ils installèrent leur studium generale (lieu d'études général) dans une ancienne abbaye cistercienne nommée « Le Saulchoir », c'est-à-dire « le lieu planté de saules » (du latin salicetum). C'est là qu'ils continuèrent d'augmenter le fonds de leur bibliothèque et poursuivirent leurs activités d'étude et de recherche. Ils fondèrent au Saulchoir deux publications : la Revue des Sciences philosophiques et théologiques en 1907, et le Bulletin thomiste en 1924[1]. Le père Marie-Dominique Chenu publia en 1937 un ouvrage intitulé Le Saulchoir, une école de théologie.

Le retour en France étant devenu possible, les dominicains quittèrent la Belgique et s'établirent en 1939 à Étiolles, près d'Évry, tout en conservant le nom de « Saulchoir ». Ils y demeurèrent jusqu'en 1971, date à laquelle ils partirent s'installer dans le XIIIe arrondissement de Paris, au couvent Saint-Jacques, où ils se trouvent aujourd'hui. Ce lieu abrite désormais le Centre d'études du Saulchoir, créé en 1992.

Activités[modifier | modifier le code]

Le Centre d'études du Saulchoir, voué à la recherche et à l'enseignement, est complété par la Commission léonine, qui élabore l'édition critique de l'œuvre de Thomas d'Aquin, et par la Société thomiste.

Le Saulchoir met deux centres de documentation à la disposition des chercheurs : la Bibliothèque du Saulchoir et les Archives de la province dominicaine de France.

Personnalités[modifier | modifier le code]

De nombreux théologiens ont reçu leur formation ou enseigné au Saulchoir, à Kain puis à Étiolles, parmi lesquels : Marie-Émile Boismard, Marie-Dominique Chenu, Yves Congar, Dominique Dubarle, Claude Geffré, Michel-Louis Guérard des Lauriers, Marie-Albert Janvier, Jacques Jomier, Jean-Pierre Jossua, Jean de Menasce, Marie-Dominique Philippe, Thomas Philippe, Bernard Quelquejeu, Pierre Raffin, Henri Dominique Saffrey, Edward Schillebeeckx, Christoph Schönborn, Antonin-Gilbert Sertillanges.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La Revue thomiste, autre publication importante du néothomisme, fut fondée en 1893.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]