Diablo: Hellfire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Diablo: Hellfire
image

Éditeur Sierra Entertainment
Développeur Synergistic Software

Date de sortie AN : 30 novembre 1997[1]
EU : 1997
Version 1.01
Genre Hack ’n Slash
Mode de jeu Un joueur, multijoueur
Plate-forme Windows 95 (ou plus récent)
Média CD ROM
Contrôle Clavier, souris

Diablo: Hellfire est une extension autorisée par Blizzard Entertainment pour le jeu vidéo de type hack’n slash Diablo développée par Synergistic Software et publiée par Sierra Entertainment en 1997 en Amérique du Nord et en 1998 en Europe.

Elle rajoute de nombreuses possibilités au jeu original, en particulier 8 niveaux supplémentaires, deux séries de nouvelles quêtes et une nouvelle classe de personnage : le moine.
La quête de la vache et deux autres classes de personnages : le barde et le barbare, sont accessibles mais cachés.
Hellfire offre la possibilité de jouer en multijoueur (hors Battlenet), Hellfire étant un jeu initialement solo.

Cette extension n'a pas été soutenue par Blizzard Entertainment, le créateur du jeu original. Ce détail pose beaucoup de problèmes dans le jeu : les nouvelles sortes de niveaux sont assez flous, la plupart des monstres, des sorts et des nouveaux objets sont des monstres de Diablo modifiés ou des archives créés par Blizzard qui n'ont pas servi dans la version finale du jeu original. De plus, le son n'est pas de la meilleure qualité et peut être très dérangeant [réf. nécessaire].

Trame[modifier | modifier le code]

Univers[modifier | modifier le code]

Diablo: Hellfire prend place dans un monde imaginaire de type médiéval-fantastique créé par Blizzard North pour le jeu Diablo. Comme dans celui-ci, l’histoire se déroule dans le village du royaume de Khanduras appelé Tristram.

Contexte[modifier | modifier le code]

Peu avant les événements racontés dans Diablo, un sorcier est aperçu rôdant près du cimetière de Tristram. Un soir, les villageois observent d’étranges phénomènes dans le cimetière et voient le sorcier disparaître sous terre. Des rumeurs de sorcellerie et de nécromancie animent alors pendant quelques jours le village, mais celles-ci sont vite oubliées après l’arrivée de Diablo. Peu avant l’arrivée du héros à Tristram, ces étranges phénomènes recommencent. Un voyageur aperçoit par hasard le sorcier alors que celui-ci, recouvert d’une étrange substance, s’échappe du cimetière. Après s’être effondré près de la rivière, le corps du sorcier se décompose comme aspiré par le terrain environnant. En investiguant les alentours, les villageois découvrent une chose étrange et atroce se développant à l’endroit où le corps du sorcier a disparu[2].

Scénario[modifier | modifier le code]

Diablo: Hellfire s’intègre au jeu original comme une quête secondaire. Dans celle-ci, le héros découvre l’entrée d’un nouveau donjon, le nid purulent, après avoir rencontré le fermier propriétaire du terrain ou le sorcier a trouvé la mort. En explorant celui-ci, le héros découvre l'existence d'un demi-démon, connu sous le nom de Defiler, dont il parvient à se défaire. Il trouve alors une vieille carte indiquant l'entrée d'une crypte dans le cimetière de Tristram. Après avoir exploré celle-ci le héros affronte Na'Krul, un démon envoyé en exil par Diablo après s’être rebellé contre celui-ci, avant d’affronter une nouvelle fois le seigneur de la terreur[3].

Liste des quêtes[modifier | modifier le code]

Farmer’s Orchard, The Jersey’s Jersey, Little Girl, The Defiler
Grave Matters , Cornerstone of the World, Torn Notes, Na-Krul

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le système de jeu Diablo: Hellfire reste similaire à celui de Diablo et intègre plusieurs améliorations.

Un nouveau personnage fait son apparition : le moine, adepte du combat à main nue. L'équiper d'une arme ou d'une armure diminue grandement ses aptitudes. Celui-ci est également un puissant lanceur de sort capable de facilement repérer les objets éparpillés sur le sol[4][5].

Deux autres personnages, le barde et le barbare, devaient également apparaître dans Hellfire mais ceux-ci ne sont finalement pas disponibles dans la version finale du jeu. Une version non aboutie de ces deux classes peut néanmoins être débloquée à l’aide d’une astuce[6].

Une vingtaine de nouvelles créatures font également leurs apparitions, le joueur dispose de sept nouveaux sorts et d’une trentaine de nouveaux objets magiques pour les combattre[3],[7],[8].

Il devient également possible d'acheter des potions de vitalité, de force, de magie, de dextérité et des parchemins de sorts directement chez la sorcière Adria.

Développement[modifier | modifier le code]

Après la sortie de Diablo, Blizzard North décide de se focaliser sur le développement de sa suite et Blizzard Entertainment confie alors à Synergistic Software le développement d’une extension[3]. Édité par Sierra Entertainment, celle-ci sort en Amérique du Nord le 30 novembre 1997 puis en Europe fin 1997[1],[8].

La version d’hellfire 1.01 développée sur le patch 1.04 de Diablo, est portée avec succès sur le dernier patch (1.09). Un unique patch (1.02) existe pour corriger quelques bugs mineurs n’altérant d'aucunes façons la jouabilité d'Hellfire.

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Diablo
Média Nat. Notes
Adrenaline Vault US 4/5[9]
Computer Games Magazine US 3/5[10]
Electric Games US 82 %[6]
GameSpot US 75 %[3]
Gen4 FR 3/5[8]
Joystick FR 80 %[11]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fiche de Diablo: Hellfire », sur Jeuxvideo.com.
  2. David et al. 1997, p. 4.
  3. a, b, c et d (en) Desslock, « Test de Diablo : Hellfire », sur GameSpot.com,‎ 29 décembre 1997.
  4. (en) Desslock, « Test de Diablo : Hellfire », sur GameSpot.com,‎ 29 décembre 1997.
  5. David et al. 1997, p. 5, Le moine.
  6. a et b (en) Ray Ivey, « Test de Diablo : Hellfire », sur Electric-Games.com.
  7. David et al. 1997, p. 6-9, Les sorts.
  8. a, b et c Cédric Gasperini, « Test de Diablo : Hellfire », Gen4, no 105,‎ 1997, p. 280-282.
  9. (en) Jordan Thomas, « Test de Diablo : Hellfire », sur The Adrenaline Vault,‎ 29 décembre 1997.
  10. (en) Cindy Yans, « Test de Diablo : Hellfire », sur Computer Games Magazine.
  11. Kika, « Test de Diablo : Hellfire », Joystick, no 88,‎ 1997, p. 152.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Suzanne David, Linda Westerfield, Ann Dickens Clardy et Kirt Lemons, Diablo: Hellfire : Manual, Synergistic Software,‎ 1997, 11 p.
  • (en) Pedro Faria et Jarulf, Jarulfs Guide (v1.62) : Manual, ,‎ ‎2001, 168 p. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article