Coucou geai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Clamator glandarius

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Coucou geai (Clamator glandarius)

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Cuculiformes
Famille Cuculidae
Genre Clamator

Nom binominal

Clamator glandarius
(Linnaeus, 1758)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Coucou geai (Clamator glandarius) est une espèce d'oiseau de la famille des Cuculidae. C'est une espèce monotypique (non subdivisée en sous-espèces).

Répartition[modifier | modifier le code]

Son aire de répartition s'étend sur l'Europe du Sud, l'Afrique du Nord, le Moyen-Orient et l'Afrique subsaharienne. En France, on ne trouve le coucou geai que dans la ceinture méditerranéenne, du Var aux Pyrénées Orientales : c'est un habitant des bois clairs de pins parasols, des espaces ouverts, secs et chauds.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le coucou geai se nourrit principalement de chenilles processionnaires des pins et autres insectes et larves.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Il possède les mêmes mœurs parasitaires que le Coucou gris à quelques différences près. Tout d'abord, il parasite principalement les Corvidae (corneilles, pies..) et ses poussins ne rejettent pas les autres occupants du nid. Au moment de la ponte, la femelle pique les autres œufs, ce qui a pour effet de stopper le développement de l'embryon. Plusieurs femelles peuvent parasiter le même nid, mais elles ne piquent pas les œufs des autres coucous geais. L'ornithologue Manuel Soler a mis en évidence une forme de « mafia avienne » (en anglais (en)Mafia hypothesis (en), hypothèse de la mafia) : lorsque la pie bavarde élimine les œufs du coucou geai, ce dernier détruit le nid de la pie ou il gobe ses œufs, voire inflige de sévères blessures ou dévore ses poussins[1]. Ces expéditions punitives obligent l’hôte à refaire une ponte et donc un nid, où le coucou pourra reprendre sa place. Les hôtes n'ont guère le choix et apprennent à faire avec le coucou geai[2].

Folklore[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coucou.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Soler, J.G. Martinez, A.P. Moller, Magpie host manipulation by great spotted cuckoos : evidence for an avian mafia? Evolution 49: 770-775, 1995.
  2. Christine Coustau, Olivier Hertel, La malédiction du cloporte et autres histoires de parasites, sous le règne de l’occupant, Tactique mafieuse, Tallandier Éditions, 2008 (ISBN 978-2-84734-535-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :