Coproculture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La coproculture est la culture bactériologique de selles pour, via une coproscopie, déceler la présence de germes pathogènes normalement absents du tube digestif ou anormalement nombreux.

L'examen peut être utile dans plusieurs cas :

En milieu hospitalier, on peut rechercher, dans les selles, une bactérie d'infection nosocomiale (par exemple, Pseudomonas aeruginosa chez le nouveau-né) ou une souche résistante particulière à un antibiotique.

Il est entièrement non invasif et ne présente aucun risque pour le patient, puisque seules les selles sont échantillonnées et récupérées.

Le but de la coproculture consiste à tenter d'isoler au sein d'une flore complexe un nombre limité d'espèces réputées pathogènes.

Protocole opératoire[modifier | modifier le code]

  • Les selles, en général diarrhéiques, sont prélevées et l'échantillon est placé dans un récipient stérile fermé.
  • L'échantillon doit être transporté rapidement en laboratoire, ou conservée dans de la glace en attendant.
  • Il est important de signaler si le patient suit un traitement antibiotique ou s'il a récemment effectué un voyage à l'étranger (en particulier en région tropicale).
  • L'analyse comportera un examen microscopique direct des selles (à l'état frais ou après coloration, dans le cas de selles liquides, cet examen est important pour orienter les cultures) puis une mise en culture.


À côté de la culture de bactéries classiquement pathogènes, on peut mettre en évidence des toxines dans les selles (produites par Clostridium difficile ou Clostridium perfringens par exemple).
Compte tenu de la diversité des espèces potentiellement responsables, il convient d'orienter la mise en culture selon les différents contextes épidémio-cliniques significatifs (enfant de moins de deux ans, adulte ou enfant de plus de deux ans, voyage en zone tropicale, traitement antibiotique, intoxication alimentaire (suspicion de botulisme, etc.)

Cet examen utile à l'établissement de nombreux diagnostics à l'avantage de pouvoir être pratiqué sans le moindre risque pour le patient car il est non invasif.

Lors de demande de coproculture, recherche systématique de  :

Yersinia
Shigella
Salmonella
Campylobacter

Si suspicion d'autres bactéries (à cause du contexte), il faut demander explicitement au laboratoire de les vérifier aussi (E. coli, Vibrio Cholerae…)

Symptômes et rappels concernant les infections du tube digestif[modifier | modifier le code]

Risque de déshydratation si les diarrhées et vomissements sont trop fréquents.

  • On va alors rechercher les germes pathogènes stricts ainsi que l'espèce prédominante au sein de la flore variée.

Résultats normaux[modifier | modifier le code]

La flore colique de l'adulte se caractérise par une grande densité et une extraordinaire diversité.

Flore normale : 10^12 bactéries/g de selle renfermant plus de 400 espèces différentes.
flore variée influencée par l'alimentation.
Équilibre entre bactéries Gram+ et bactéries Gram-
90 % sont anaérobies

Flore pathogène[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]