Commiphora opobalsamum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Commiphora opobalsamum (syn. Commiphora gileadensis) est un arbre originaire du sud de l'Arabie et naturalisés, dans l'antiquité et de nouveau à l'époque moderne, dans l'ancienne Judée / Palestine / Israël.

Baume de la Mecque ou baume de Galaad[modifier | modifier le code]

La résine de Commiphora gileadensis en est extraite et porte le nom de baume de la Mecque ou baume de Galaad.

C'est un liquide jaune doré, plus ou moins consistant, voire solide, d'une odeur suave rappelant celle du citron, de saveur amère et astringente[1].

Elle était utilisée pour les soins de la peau, pour cicatriser les plaies et pour les maux d'estomac ou d'intestin[2].

Le plus célèbre site de production de sapin baumier de la région a été la ville juive de Ein Gedi. La résine a été utilisée pour la médecine et le parfum dans la Grèce antique et de l'Empire romain.

Ainsi, Pline l'Ancien le mentionne comme l'un des ingrédients du "Parfum Royal" des Parthes dans son Naturalis Historia. En latin la résine est nommée opobalsamum, le fruit séché, carpobalsamum, et le bois, xylobalsamum.

Lorsque le « baume » est mentionné dans les traductions de la Bible, cela ne sous-entend probablement que le produit. Sa relation littéraire avec Galaad vient de la Genèse chapitre 37 et de Jérémie chapitres 8 et 46 (cité ci-dessous).

Origine[modifier | modifier le code]

De la version du Roi Jacques de la Bible :

« Une compagnie d'Ismaélites venait de Galaad avec leurs chameaux portant des épices et du baume et de la myrrhe, faisant route vers l'Égypte. » »

— Genèse 37,25.

« N’y a-t-il point de baume en Galaad ?
N’y a-t-il point de médecin ?
Pourquoi donc la guérison de la fille de mon peuple ne s’opère-t-elle pas ? »

— Jérémie 8,22.

« Monte en Galaad, prends du baume,
Vierge, fille de l’Égypte !
En vain tu multiplies les remèdes, il n’y a point de guérison pour toi. »

— Jérémie 46,11.

Tant les juifs et les chrétiens croient que la « fille de mon peuple » et « mon peuple » dans le 3e passage ci-dessus signifie que les Juifs et la terre d'Israël dans laquelle ils vivent, sont plus ou moins interchangeables.

Les deux religions croient également que les versets de Jérémie prophétise sur la présence du Messie en Galaad, un mot à la signification très semblable à celui du baume, ou de purificateur (bien que certaines souches du judaïsme moderne n'attendent plus le Messie).

Les chrétiens croient que le baume, le messie, est apparu en Galaad en la personne de Jésus-Christ et c'est la raison pour laquelle le terme a pris un sens spirituel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pharmacopée universelle ou Conspectus des pharmacopées d'Amsterdam, Anvers...
  2. Dictionnaire universel de matière médicale et de thérapeutique générale', F.V. Mérat

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :