Chasse-mouche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chasse-mouche en crins de cheval en provenance de la Côte d'Ivoire

Un chasse-mouche est un ustensile destiné à chasser les mouches venant se poser sur son corps, formé généralement de long crins de cheval emboutis sur un manche de bois.

Dans diverses civilisations, le chasse-mouche a acquis le statut de regalia.

Objet de statut social[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

Dans certains pays d'Afrique, il avait valeur de sceptre royal, comme dans la civilisation Igbo-Ukwu, au Nigéria.

Dans la civilisation aksoumite, il existait un titre, du nom de Aqabé Tsentsen, et signifiant "gardien du chasse-mouche".

Plus récemment, Hastings Kamuzu Banda, dictateur du Malawi de 1964 à 1994, exhibait souvent un chasse-mouche.

Asie[modifier | modifier le code]

Deux symboles de la royauté, l'éventail et le chasse-mouche, figurent sur cette stèle commémorant à Bangkok le 60e anniversaire de l'accession au trône du roi Rama IX en 2006.

Le chasse-mouche, appelé Chamara, est un symbole de rang social dans diverses tribus du Moyen Age du Sud de l'Inde, comme dans l'empire Chola. Il symbolise la protection du Dharma.

Des représentations du roi Suryavarman II à Angkor Vat montrent une profusion de parasols, éventails et chasse-mouches, qui, dans la société d'Angkor fonctionnaient comme des symboles du rang mais aussi comme simples ustensiles destinés au confort.

Bouddhisme[modifier | modifier le code]

Dans le Bouddhisme, c'est normalement la roue de la Loi (en sanskrit Dharmacakra) qui représente le Bouddha Sakyamuni et le dharma. Mais au Népal elle n'est pas utilisée parmi les huit symboles auspicieux (ashtamangalas}, elle est remplacée par un chasse-mouche.

Le chasse-mouche symbolisant les manifestations tantriques est fait de poils de queue de yaks enchâssés sur un manche d'argent. Il est utilisé durant la récitation rituelle et l'éventement des divinités au cours de la cérémonie des auspices.

Le chasse-mouche était aussi considéré comme un symbole de l'autorité d'un maître Zen (voir Linji).

Incident algérien[modifier | modifier le code]

Ce fut avec un chasse-mouche que le régent d'Alger sous l'Empire ottoman, le dey Hussein, frappa le consul de France pour les dettes françaises, en 1827, ce qui servit de prétexte au ministre français de la Guerre pour lancer l’invasion de l’Algérie en 1830.

Voir aussi[modifier | modifier le code]