Chōmin Nakae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chōmin Nakae

Chōmin Nakae (中江 兆民, Nakae Chōmin?), pseudonyme de Tokusuke Nakae (中江 篤介, Nakae Tokusuke?) (1847 - 1901) est un écrivain et penseur politique japonais actif de l'époque Meiji.

Orientation philosophique[modifier | modifier le code]

Très tôt, Chōmin se distingue de la plupart des intellectuels de sa génération qui participent à la reconstruction d'un État moderne en important les concepts anglo-saxons ou allemands. En effet, Chōmin semble plus attiré par les pensées françaises. Très jeune, il avait appris le Français entre 1860 et 1865, en suivant des cours à la mission Catholique Française d'Osaka, ou il était très assidu. En 1871, il part pour la France dans le cadre de la mission Iwakura et se familiarise avec des idées plus radicales, en particulier celles de Jean-Jacques Rousseau. Il rentre au Japon en 1874 et traduit une partie du Contrat social en chinois classique afin que les Japonais et tous les peuples d'Asie puissent en tirer profit, ainsi que le Discours sur les sciences et les arts (Hikaikaron 非開化論). Les anarchistes fondent sur lui une part de leur mouvement, ainsi que ceux qui veulent constituer le Japon sur le modèle européen[1]. Nakae Chômin a également introduit au Japon les penseurs français partisans de la laïcité tels que Jules Barni (traduction de La Morale dans la Démocratie, Minshukoku no dôtoku民主国之道徳, 1887), Eugène Véron (traduction de L'Esthétique, I shi bigaku維氏美学 1883), Alfred Fouillée (traduction de L'Histoire de la philosophie; Rigaku no enkakushi理学沿革史,1886) ou encore Jean-Marie Guyau.

En 1888, Chōmin écrit le roman politique, le Sansuijin keirin mondō (三酔人経綸問答?, discussion entre trois hommes ivres sur la conduite des affaires). Cette œuvre a été particulièrement importante à l'époque car elle a posé le débat sur la pertinence du pacifisme et sur l'adoption de la démocratie par une nation non occidentale.

À la fin de sa vie, Chōmin publia :

  • Ichinen-yū-han (一年有半?, Un an et demi, 1901) : fragments autobiographiques, politiques, philosophiques. On y trouve la fameuse phrase : « Au Japon, il n'a jamais existé de philosophie, les Japonais sont un peuple sans philosophie. »
  • Zoku Ichinen-yū-han (続一年有半?, Un an et demi, suite, II) : présentation d'une philosophie matérialiste et athée.

Actions politiques[modifier | modifier le code]

Contrairement à nombre de ses penseurs contemporains, Chōmin participe activement à la vie politique de son pays. Ainsi, il participe avec passion aux débats idéologiques en se plaçant sous la bannière du Mouvement pour la liberté et les droits du peuple (自由民権運動, Jiyū minken undō?) dont il sera l'un des chefs de file.

En même temps, il étend son influence en formant des disciples qui le soutiendront dans son débat qui l'oppose au gouvernement imposant ses conceptions étatiques. Parmi ses disciples, le célèbre Shūsui Kōtoku qui sera le premier à se proclamer socialiste et sera exécuté en 1911 pour avoir été reconnu coupable de conspiration et tentative de meurtre sur la personne de l'empereur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Sur les droits du peuple, dans Cent ans de pensée au Japon tome II, traduit par Jacques Joly, édition Picquier.
  • Dialogues politiques entre trois ivrognes, traduit et commenté par Christine Lévy et Eddy Dufourmont, Paris, CNRS éditions, 2008.
  • Un an et demi. Un an et demi, suite, traduit, présenté et commenté par Eddy Dufourmont, Romain Jourdan et Christine Lévy, Paris, Les Belles Lettres, 2011.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire de la littérature japonaise, Jean-Jacques Origas, Paris, PUF, 2000. (ISBN 2-130-50441-8)
  • Eddy Dufourmont, "Nakae Chômin a-t-il pu être à la fois un adepte de Rousseau et un matérialiste athée ?", Ebisu, 45, printemps-été 2011, p. 5-25.
  • Eddy Dufourmont, "The Spirit of Parody: Nakae Chōmin and the 'Philosophy of Joy'", in Nakajima Takahiro ed., Whither Japanese Philosophy? Reflections through other Eyes (UTCP Booklet 11), 2009, p. 81-89.

http://utcp.c.u-tokyo.ac.jp/publications/pdf/UTCPBooklet_11_081-089E.pdf

  • Eddy Dufourmont, "Is Confucianism philosophy ? The answers of Inoue Tetsujirō and Nakae Chômin", in Nakajima Takahiro ed., Whither Japanese Philosophy? Reflections through other Eyes (UTCP Booklet 14), 2010, p. 71-89.

http://utcp.c.u-tokyo.ac.jp/publications/pdf/UTCPBooklet14_04_Dufourmont.pdf

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Évelyne Pieiller, Le Monde diplomatique, octobre 2012, lire en ligne