Château de San Felipe de Barajas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir San Felipe.
Château de San Felipe de Barajas
Image illustrative de l'article Château de San Felipe de Barajas
Château de San Felipe de Barajas
Nom local Castillo San Felipe de Barajas
Période ou style XVIe siècle
Début construction 1536
Fin construction 1657 (reconstruction)
Coordonnées 10° 25′ 22″ N 75° 32′ 20″ O / 10.422778, -75.53888910° 25′ 22″ Nord 75° 32′ 20″ Ouest / 10.422778, -75.538889  
Pays Drapeau de la Colombie Colombie
Département Flag of Bolívar (Colombia).svg Bolívar
Municipalité Carthagène des Indes

Géolocalisation sur la carte : Colombie (administrative)

(Voir situation sur carte : Colombie (administrative))
Château de San Felipe de Barajas

Géolocalisation sur la carte : Carthagène des Indes

(Voir situation sur carte : Carthagène des Indes)
Château de San Felipe de Barajas

Le château de San Felipe de Barajas est un fort situé dans la ville colombienne de Carthagène des Indes ; c’est la plus grande forteresse construite par les Espagnols pendant leur période coloniale. Le premier fort date de 1536 — portant alors le nom de château de Saint-Lazare —, mais il est reconstruit en 1657 et renforcé au milieu du XVIIIe siècle.

Situation[modifier | modifier le code]

Entrée principale.

La forteresse est située au sommet de la colline de Saint-Lazare (San Lázaro), une place stratégique : on y aperçoit tous les chemins pouvant mener à une invasion de la ville de Carthagène des Indes par la terre ou par la baie donnant sur la mer des Caraïbes.

Le château est protégé par des récifs du côté de la mer et par des fossés côté terre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue des fortifications.
Plan des passages souterrains.
Tunnel souterrain.

Construction[modifier | modifier le code]

Le premier fort date de la période coloniale espagnole, en 1536 : il servait à se protéger contre de possibles invasions[1]. En 1656, le gouverneur Pedro Zapata de Mendoza commande la place-forte triangulaire — la bonete qui, comme son nom l’indique, « coiffe » aujourd’hui le fort —, dont la construction s’achève le 12 octobre de l’année suivante[2],[3] ; le château est alors nommé San Felipe de Barajas en l’honneur de Philippe IV[2].

Le fort était doté de huit canons, pour une garnison de vingt soldats et quatre canonniers. Malgré cela, la ville est pillée en 1697 par un corsaire français, le baron de Pointis[1].

Au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

La ville est reconstruite ainsi que son fort, et une première batterie de fortune est mise en place par l’ingénieur militaire Juan de Herrera y Sotomayor en 1739, soit deux années avant le début de la guerre dite « de l’oreille de Jenkins » contre le Royaume-Uni.

Après la guerre, en 1762–1763, l’ingénieur Antonio de Arévalo (es) renforce la bonete et fait construire une série d’autres batterie de canons : la batterie de Saint-Lazare (batería de San Lázaro), celle de Sainte-Barbara (batería de Santa Bárbara), celle de la Rédemption (batería de la Redención), celle de Hornabeque à l’emplacement de celle de 1739, celle de Saint-Charles-et-les-Douze-Apôtres (batería de San Carlos y Doce Apóstoles) et celle de la Croix (batería de la Cruz). Des souterrains, permettant l’évacuation du fort en cas de prise par l’ennemi, sont également achevés en 1769[4].

Préservation[modifier | modifier le code]

Lorsqu’il perd son utilité militaire[Quand ?], le château est abandonné. La végétation recouvre les murs et la boue s’accumule dans les fossés et la citerne souterraine. L’intérieur des tunnels d’évacuation est cependant préservé.

En 1984, l’Unesco inscrit le centre historique de Carthagène, l’ensemble de ses fortifications ainsi que le château de San Felipe dans la liste du patrimoine mondial[5]. À partir de 1990, le château sert de lieu de réunion au gouvernement colombien lors d’évènements internationaux, comme les sommets des Non-alignés (1995)[6] ou du Groupe de Rio (2000)[7]. Le reste du temps, il est possible de le visiter.

Description[modifier | modifier le code]

Statue de Blas de Lezo.

La fortification est composée de plusieurs murs très épais à leurs bases et étroits à leur sommet, surmontés de parapets. Les différentes batteries se protègent les unes les autres. Des canons sont orientés stratégiquement vers la baie de Carthagène pour contrer une attaque de la mer des Caraïbes[8].

Le fort est notable pour sa grande entrée, ses salles spacieuses, et son dédale de tunnels piégés permettant une évacuation en cas de prise par l’ennemi. Il comporte quatre échauguettes, un entrepôt, un réservoir d’eau et des logements pour les soldats. En face se trouve une statue de Blas de Lezo, un héros local.

Le château de San Felipe de Barajas.
Wikimedia Commons possède d’autres illustrations sur le château de San Felipe de Barajas.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) « Las murallas de Cartagena », sur cartagenainfo.com (consulté le 7 novembre 2010).
  2. a et b (es) « Cartagena de Indias », sur reinadelasindias.com (consulté le 5 septembre 2010).
  3. (es) « Caminos reales de Colombia », sur banrepcultural.org (consulté le 5 septembre 2010).
  4. (es) « Castillo San Felipe de Barajas (Hornabeque) », sur fortificacionesdecartagena.com (consulté le 7 novembre 2010).
  5. (es) « Definen diseño de muro de protección para el Castillo », sur eluniversal.com.co (consulté le 5 septembre 2010).
  6. (es) « El Movimiento de Países No Alineados », sur embacubalebanon.com (consulté le 5 septembre 2010).
  7. (es) « Año 2000: Un Compromiso para el Milenio », sur aunamexico.org (consulté le 5 septembre 2010).
  8. (es) José María Silos, « La defensa de Cartagena de Indias », sur todoababor.es (consulté le 5 septembre 2010).

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Castillo San Felipe de Barajas » (voir la liste des auteurs)