Centrale nucléaire de Rostov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire de Rostov
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de Rostov
Réacteur Rostov 1
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Coordonnées 47° 35′ 50″ N 42° 22′ 00″ E / 47.597222, 42.36666747° 35′ 50″ Nord 42° 22′ 00″ Est / 47.597222, 42.366667  
Année de construction 1977
Date de mise en service 2001
Réacteurs
Type VVER 1000
Puissance nominale 2 x 1 000 MW (puissance brute)
Production d’électricité
Divers

Géolocalisation sur la carte : Russie

(Voir situation sur carte : Russie)
Centrale nucléaire de Rostov

La centrale nucléaire de Rostov (en russe : Ростовская АЭС, Rostovskaïa AES), aussi dénommée centrale de Volgodonsk, est une centrale nucléaire de l'oblast de Rostov, en Russie. Elle est située au bord du réservoir de Tsimliansk, à environ 12 km de la ville de Volgodonsk, à 120 km à l'est de Rostov-sur-le-Don et à environ 1100 km au sud-est de Moscou.

Description[modifier | modifier le code]

Laboratoire de chimie de la centrale

À ce jour, la centrale est équipée de 2 réacteurs qui délivent de l'électricité sur le réseau. Le propriétaire-exploitant est l'entreprise d'état Rosenergoatom. Les réacteurs sont des réacteurs à eau pressurisée du type VVER 1000.

  • Rostov 1 : 950 MWe, mis en service en 2001.
  • Rostov 2 : 950 MWe, mis en service en 2010.

Depuis 2009 et 2010, deux autres réacteurs du même type, Rostov 3 et Rostov 4, sont en cours de construction.

Le 18 mars 2010, à l'occasion de l'inauguration de Rostov 2, le Premier ministre Vladimir Poutine a annoncé la construction en Russie, d'ici à 2020, de vingt-six nouveaux réacteurs nucléaires[1].

En avril 2011, un groupe de journalistes étrangers a pu visiter la centrale de Rostov[2].

Le 29 octobre 2012 a eu lieu la pose du dôme du réacteur Rostov 3[3].

Incidents[modifier | modifier le code]

Le 15 juin 2008, des satellites américains ont mesuré une radioactivité anormale aux alentours de la centrale de Rostov. La radioactivité a atteint plus de 60 microröntgen par heure. Rosenergoatom a alors affirmé que la centrale était en fonctionnement normal, et qu'aucune dose radioactive anormale n'était émise dans l'environnement[4]

En 2011, suite à la catastrophe de Fukushima, l'académicien Vladimir Kouznetsov a déclaré que la centrale nucléaire de Rostov se trouve dans une zone sismique active et est potentiellement dangereuse. Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a déclaré le même jour que la Russie n'avait pas de centrales nucléaires dans des zones sismiques[5].

Le 18 janvier 2013, le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Rostov a été arrêté à cause d’une alerte du système de sécurité[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. RUSSIE • Un programme nucléaire civil chargé - Courrier international, 22 mars 2010
  2. Le nucléaire russe en campagne de pub - Le Temps, 4 mai 2011
  3. Le dôme de Rostov 3 est posé - Nuklearforum, le 6 novembre 2012
  4. (de)One more provocation undertaken against residents of Leningrad and Rostov regions
  5. Quatre centrales nucléaires potentiellement dangereuses, selon un expert - Le Point, 15 mars 2011
  6. Un incident technique à la centrale nucléaire de Rostov - La voix de la Russie, 18 janvier 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article détaillé : liste des réacteurs nucléaires.