Catharine MacKinnon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir McKinnon.
Catharine MacKinnon.

Catharine Alice MacKinnon est une juriste et militante féministe américaine, née le 7 octobre 1946. Elle enseigne le droit.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans la mouvance du féminisme radical, elle publie en 1979 un rapport sur le harcèlement sexuel, Sexual Harassment of Working Women : A Case of Sex Discrimination. Elle se fondait alors sur les discriminations sexuelles reconnues depuis la loi de 1964. Sa définition du harcèlement sexuel a été à l'origine de la législation sur le sujet aux États-Unis, étant reconnue par la Cour suprême en 1986.

À partir de 1983, Catharine MacKinnon commence à combattre la pornographie par des biais juridiques en travaillant avec Andrea Dworkin. Toutes deux rédigent un "Antipornography Civil Rights Ordinance" qui vise à interdire la pornographie en tant que violation des droits des femmes, l'assimilant à une forme de hate speech ("discours haineux"). Rejeté aux États-Unis, ce texte a cependant servi de référence à la décision Butler de la Cour suprême du Canada en 1992, concernant la censure de la pornographie. MacKinnon publie alors avec Andrea Dworkin In Harm’s Way: The Pornography Civil Rights Hearings (1997).

D'autres féministes et des chercheurs queer critiquent les théories de MacKinnon et Dworkin, montrant que la répression finit par atteindre les minorités (comme le S/M lesbien). Judith Butler, qui défend la liberté d'expression dans Excitable Speech (1997 - trad. 2004, Le Pouvoir des mots), ou Donna Haraway, par exemple, ont critiqué les positions de MacKinnon.

En 1987, MacKinnon publie Feminism Unmodified: Discourses on Life and Law et soutient une thèse de sciences politiques à l'Université Yale, Toward a Feminist Theory of the State (1989). Avec Only Words en 1993, elle revient sur les blessures que représentent les insultes et le langage sexiste.

Depuis 2004, elle enseigne le droit à l'Université du Michigan et est professeur invitée à l'Université de Chicago.

Livres traduits en français[modifier | modifier le code]

  • Le Féminisme irréductible: Discours sur la vie et la loi, Paris, éditions des femmes, 2004.
  • Ce ne sont que des mots, Paris, éditions des femmes, 2007.