Carmine Pecorelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Carmine Pecorelli

Description de l'image  defaut.svg.
Nationalité Drapeau de l'Italie Italie
Profession Journaliste

Carmine Pecorelli ou Mino Pecorelli (né le 14 juin 1928 à Sessano del Molise, dans la province d'Isernia, en Molise – mort le 20 mars 1979 à Rome) était un journaliste d'enquête italien célèbre pour avoir révélé les détails de l'assassinat d'Aldo Moro. Ancien membre de la loge P2, il dénonça la Mafia et la loge P2 pour le meurtre de Moro avant d'être lui-même tué sur l'ordre du chef mafieux Gaetano Badalamenti.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carmine Pecorelli fit des études de droit et commença sa carrière comme avocat, puis il devint chef du service de presse du ministre Fiorentino Sullo. Il fonda l'agence de presse Osservatorio Politico, par l'intermédiaire de laquelle il révéla de nombreux scandales politiques. En particulier, il écrivit que le général Carlo Alberto Dalla Chiesa avait informé Francesco Cossiga, alors ministre de l'Intérieur, de l'endroit où était détenu Aldo Moro après son enlèvement. Pecorelli consacra une longue enquête à l'affaire Aldo Moro et écrivit, entre autres, que la vie de Dalla Chiesa était en danger quatre ans avant l'assassinat du général.

Dans un numéro de l'"Osservatore Politico", il publie une liste de 121 personnes, soi-disant membres de loges maçonniques comportant des laïcs mais surtout un bon nombre de cardinaux, évêques et prélats de haut rang[1].

Pecorelli travaillait sur l'organisation d'extrême droite Gladio et sur ses éventuels liens avec la Mafia et la CIA lorsqu'il fut assassiné à Rome. Il fut mortellement atteint de quatre projectiles.

Il semble que Pecorelli ait été trahi par Licio Gelli. Gaetano Badalamenti et Giulio Andreotti, les principaux accusés après son assassinat, ont été condamnés en 2002 à 24 ans de réclusion par la justice italienne, en cour d'appel, après un acquittement en première instance. Puis la Cour de cassation, tout en confirmant la condamnation, a dû annuler ce jugement en 2003 pour cause de prescription.

Notes et références[modifier | modifier le code]