Pio La Torre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pio La Torre (né le 24 décembre 1927 à Palerme et mort dans la même ville le 30 avril 1982) était un homme politique italien, qui fut l'un des dirigeants du Parti communiste italien. Pio La Torre fut abattu par la Mafia après avoir introduit une loi qui créait un nouveau type de crime dans le système judiciaire italien - conspiration mafieuse, et la possibilité pour les tribunaux de saisir et confisquer le patrimoine des personnes appartenant à un réseau mafieux.

Un leader paysan[modifier | modifier le code]

La Torre naît à Rocca Tagliata dans la banlieue de Palerme, de parents paysans. Il paie ses études en travaillant dans le bâtiment. Il se lance en politique en devenant un meneur du mouvement paysan en Sicile, d'abord au sein du syndicat agricole Confederterra, puis comme secrétaire régional de la Confédération générale italienne du travail, enfin en rejoignant le Parti communiste italien.

En 1948 La Torre remplace, à Corleone, le leader paysan Placido Rizzotto, qui vient d'être assassiné par la mafia de Luciano Liggio. En mars 1950, le jeune étudiant La Torre est arrêté par la police à Bisacquino alors qu'il conduisait le combat des paysans pour la réforme des terres en occupant de grandes propriétés. Il passe 18 mois en détention préventive avant d'être libéré. En 1960, il devient membre du Comité Central du PCI, et en 1962 il est élu secrétaire régional du parti en Sicile. En 1963 est député de l'Assemblée régionale sicilienne.

Au Parlement[modifier | modifier le code]

En 1972, La Torre est élu à la Chambre des Députés italienne pour le district de Palerme. Il est réélu deux fois et reste député jusqu'à ce qu'il soit tué par la mafia, le 30 avril 1982. La Torre devient membre de la Commission Antimafia, créée en 1962 durant la Première Guerre de la mafia, qui publie son rapport final en 1976. La Torre et le juge Cesare Teranova expriment leur opinion dissidente, en pointant du doigt les liens entre la Mafia et des politiciens importants, souvent membres du Parti Chrétien-Démocrate.

Le 31 mars 1980, La Torre présente un projet de loi qui prévoit l'introduction d'un nouveau crime dans le système judiciaire italien, la conspiration mafieuse, et la possibilité pour les tribunaux de saisir et confisquer le patrimoine des personnes appartenant à un réseau mafieux.

Avec l'inclusion de la conspiration mafieuse dans l'article 416 bis du Code pénal italien, une brèche importante est colmatée. Malgré son danger manifeste, la conspiration mafieuse n'est pas encore reconnue par le Code pénal comme un phénomène criminel. En conséquence, de nombreux juges ne considèrent pas la mafia comme une organisation criminelle. Les clauses contenues dans l'article 416 bis du Code pénal concernant les associations criminelles permettent de venir à bout de phénomènes locaux et limités de délinquance associée mais pas d'affronter le crime organisé.

Retour en Sicile[modifier | modifier le code]

En 1981 La Torre demande à son parti de le renvoyer en Sicile où il devient le secrétaire régional du parti. Il s'investit également avec le journaliste Giuseppe Fava dans le mouvement populaire contre le déploiement de missiles de croisière BGM-109G Gryphon par les États-Unis depuis la base aérienne de Comiso. Les missiles sont stationnés à la base en juin 1983, mais seront démantelés après la signature du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire par les Etats-Unis et l’URSS, le 8 décembre 1987. Les 16 derniers missiles de croisière quitteront la base en 1991.

Assassiné par la Mafia[modifier | modifier le code]

Avant même que son projet de loi ne soit approuvé par le Parlement, La Torre est assassiné par les Corleonesi, qui étaient à l'époque empêtrés dans de multiples guerres avec des factions mafieuses rivales et avec les parlementaires italiens qui tentaient de combattre sérieusement Cosa Nostra (Seconde Guerre de la Mafia).

Le 30 avril 1982, La Torre et son chauffeur Rosario Di Salvo sont tués par de nombreux coups de feu, non loin du quartier général du Parti Communiste à Palerme. Leur voiture est stoppée dans une rue à sens unique, et bloquée par la voiture des tueurs. Di Salvo riposte avec son pistolet calibre 38, avant d'être tué. Le commando est composé de Pino Greco, Giuseppe Lucchese, Nino Madonia, Mario Prestifilippo et Salvatore Cucuzza.

Le lendemain, le général Dalla Chiesa est nommé préfet de Palerme pour essayer d'endiguer la vague de violence déclenchée par la Seconde Guerre de la Mafia. Le projet de loi de La Torre ne sera voté qu'après l'assassinat de Dalla Chiesa le 3 septembre 1982, sur ordre du chef mafieux Salvatore Riina du clan Corleonesi. Le Parlement se voit contraint d'adopter la loi de la Torre en même temps que d'autres mesures d'urgences contre la Mafia.

Loi Antimafia[modifier | modifier le code]

La loi Rognoni-La Torre - d'après les noms des deux instigateurs de la loi; le ministre chrétien-démocrate Virginio Rognoni et Pio La Torre inclut deux innovations importantes:

(a) L'introduction dans le système judiciaire d'un nouveau crime, la conspiration mafieuse;

(b) La possibilité pour les juges de saisir et de confisquer les biens des personnes appartenant à une 'conspiration mafieuse', ainsi que ceux de leurs parents, conjoints et cohabitants qui ont joué un rôle important ou secondaire pour la mafia, durant les cinq années précédentes.

L'article 416 du code pénal italien, dont l'origine remonte au régime fasciste, définit le crime organisé sur la base de trois éléments : l'organisation associée, la structure organisée et le programme criminel. Le crime organisé de type mafieux présente un caractère additionnel spécifique : la capacité d'intimidation jusqu'à la sujétion et l'omertà. C'en est au point de pouvoir le considérer comme un système, une règle absolue d'obéissance et de loi du silence qui demande en premier lieu, à l'ensemble de la population, de refuser de collaborer avec la police. Une soumission de fait au pouvoir de la mafia.