Boris Giuliano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Giorgio Boris Giuliano (né le 22 octobre 1930 à Piazza Armerina, dans la province d'Enna, en Sicile et mort assassiné par la mafia à Palerme le 21 juillet 1979) était un policier italien, chef de la brigade mobile de Palerme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le commissaire Giuliano était un enquêteur brillant et déterminé. Il a dirigé la Squadra Mobile de Palerme avec beaucoup d'efficacité dans des années où Palerme était dominé par la Cosa Nostra. Tous les observateurs s'accordent à dire que les succès qu'il a obtenus sont exceptionnels. Enquêteur charismatique, policier à l'ancienne, mais aux idées modernes, le commissaire Boris Giuliano était surnommé le « shérif  » par ses hommes. À cause de son aversion pour l'injustice et aussi à cause du séjour de perfectionnement qu'il avait passé aux États-Unis, au sein du FBI. Grâce à cela, il avait noué des liens d'amitié avec des agents du FBI et de la DEA. Ce qui lui permit de créer des synergies importantes dans sa lutte contre le trafic de drogue international. Le commissaire Giuliano tenta d'alarmer les politiciens siciliens lorsqu'il affirma que Palerme était devenue la plaque tournante du trafic de drogue (ce qui fut appelé le « théorème Giuliano »). Malheureusement, ses demandes pour avoir plus de moyens restèrent vaines.

Boris Giuliano a été le premier policier à s'intéresser aux comptes bancaires des criminels mafieux. Alessandro, le fils de Boris Giuliano qui avait douze ans au moment du meurtre de son père est également devenu policier. Il se fit remarquer notamment grâce à l'arrestation du tueur en série de Padoue, Michele Profeta.

L'efficacité avec laquelle il enquêtait sur les crimes de Cosa Nostra ne pouvait plus durer. Les parrains décidèrent de l'éliminer.

Assassinat[modifier | modifier le code]

Le commissaire Giuliano a été assassiné le 21 juillet 1979 par le Corleonais Leoluca Bagarella. Le mafioso pénétra dans un bar où Giuliano commandait un café, le dos tourné à l'entrée, et lui tira sept balles avant de s'enfuir[1]. L'assassinat de Boris Giuliano provoqua la stupeur dans la population Palermitaine qui appréciait ce policier juste et loyal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Boris Giuliano: "un eroe semplice e allegro" »,‎ 21-07-2010 (consulté le 28-10-2010)