Bohemian Club

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'emblème du club et sa devise.

Le Bohemian Club, créé en 1872 par cinq journalistes du San Francisco Examiner (qui en furent exclus par la suite) et situé à San Francisco en Californie, est l'un des clubs les plus fermés du monde. Véritable club néo-conservateur[1] de l'élite et des personnes d'influence, il regroupe quelque 2 000 membres (uniquement des hommes, pour la plupart des Américains, mais aussi quelques Européens et Asiatiques) qui se réunissent tous les ans lors des deux dernières semaines du mois de juillet au Bohemian Grove. La cotisation est de 25 000 $ et la liste d'attente est de 21 ans au minimum. Le nom du club est inspiré du mouvement culturel « Bohème ».

Le Bohemian Grove[modifier | modifier le code]

Le Bohemian Grove est une propriété privée de 11 km² appartenant au club, située à Monte Rio en Californie. Les membres du club s'y réunissent chaque année, les deux dernières semaines de juillet.

La Cremation of care[modifier | modifier le code]

Lors de l'été 2000, le théoricien du complot Alex Jones aurait infiltré le Bohemian Grove et filmé la cérémonie pour réaliser son documentaire Dark secrets inside Bohemian Grove[2]. Le reportage montre que des cérémonies païennes d'inspiration druidique s'y dérouleraient. La cérémonie du Cremation of care, qui ouvre les deux semaines annuelles de séminaire au Bohemian Grove reprend des rites druidiques et babyloniens au bord d'un lac artificiel et au pied d'une statue de hibou en ciment de 12 mètres (le hibou est le symbole du club, que l'on retrouve sur son logo). Durant la cérémonie, des haut-parleurs sont posés à côté du hibou, donnant l'illusion qu'il parle, agissant ainsi en tant que maître de cérémonie. La voix enregistrée de l'ancien-journaliste Walter Cronkite, un membre du Bohemian Club, est utilisée comme voix du hibou pendant la cérémonie. Les parties du manuscrit peuvent contenir des allusions aux prisonniers prétendus des druides représentant les tribus ennemies. À la fin de la cérémonie, une barque contenant un cercueil dérive jusqu'au pied du hibou. Le cercueil contient une effigie d'enfant, qui est alors brûlée sur un bûcher. L'incinération symbolise la disparition des soucis pour les membres du club[3].

Références notables au Bohemian Club[modifier | modifier le code]

Le , à Minneapolis, Bill Clinton fut abordé durant un discours par un homme prétendant que les attentats du 11 septembre 2001 étaient une imposture et mentionnant le Bohemian Club. Clinton infirma l'imposture du 11 septembre mais ajouta sarcastiquement « Avez-vous dit le Bohemian Club ? C'est là que tous ces riches républicains vont et posent nus devant des arbres, pas vrai ? Je n'ai jamais été au Bohemian Club mais vous devriez. Cela vous ferait du bien, vous y prendriez du bon air. »
La personne fut escortée dehors par la sécurité durant la remarque de Clinton[4].

Analyses[modifier | modifier le code]

Le sociologue G. William Domhoff pense que le Bohemian Club fait partie d'une culture de cohésion de la classe sociale dominante américaine[5]. Il dénie toute intention complotiste au BC, expliquant que ce club n'est là que pour le délassement des élites et leur cohésion[6].

Le Bohemian Club dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Prodigy (rappeur) (la moitié de Mobb Deep) avec la chanson Real power is people qui dit « It's a secret Government that worship an owl, They practice witchcraft to harness they power »[7].
  • Rockin' Squat avec le titre Démocratie Fasciste Article 3 : « Démocratie fasciste, les liens de sang sataniques, Des Bohemian Grove aux théocraties messianiques »[8].
  • L'auteur Armistead Maupin évoque le Bohemian Club et ses rituels dans sa série de livres Les Chroniques de San Francisco, et plus particulièrement dans le tome 5.
  • Le rappeur Vinnie Paz dans le titre End of days qui écrit : « Que connaissez vous du Bohemian Grove ? ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Le Bohemian Club : http://www.syti.net/Organisations/Bohemians.html

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]