Arnaud Jean Meillan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arnaud Jean Meillan
Fonctions
député
Biographie
Date de naissance 6 décembre 1748
Lieu de naissance Bayonne
Date de décès 26 juin 1809 (à 60 ans)
Lieu de décès Bayonne
Nationalité Drapeau de la France France
Parti politique Gironde

Arnaud-Jean Meillan (1748-1809), représentant du peuple sous la Révolution française, fut député par le département des Basses-Pyrénées à la Convention nationale. Ses mémoires font partie d’une collection publiée post-mortem, en 1823[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Meillan est né à Bayonne, le 6 décembre 1748. Il possédait à Dax les eaux et boues minérales, ainsi qu'un magasin dans la même ville.

Sous la Révolution[modifier | modifier le code]

Il est élu administrateur du département des Basses-Pyrénées au début de la Révolution. En 1792, il est élu député à la Convention par le département des Basses-Pyrénées, il siège dans le parti Girondin. Lors du Procès de Louis XVI en janvier 1793, il vote pour l'appel au peuple, pour l'emprisonnement et le bannissement, pour le sursis. Il demande la mise en accusation de Jean-Paul Marat. Son nom ne figure pas sur la liste des députés Girondins décrété d'arrestation lors de la Journée du 2 juin 1793, mais il quitte tout de même Paris, décide de combattre ceux qui avaient proscrit ses collègues girondins. Il se trouve à Caen, à Bordeaux, à Nantes où il combat les Montagnards de son mieux. Le 28 juillet 1793, Arnaud Jean Meillan est déclaré hors la loi et traître à la patrie, ses biens lui sont confisqués. Il vit dans la clandestinité dans les Pyrénées jusqu'à la chute de Maximilien de Robespierre le 9 thermidor an II (27 juillet 1794). De retour à la Convention le 8 ventôse an III (26 février 1795), il est envoyé en mission à l'Armée des Pyrénées (Orientales) où il fait des rapports sur les négociations de paix.

Sous le Directoire[modifier | modifier le code]

Il est élu « député » au Conseil des Anciens (Chambre haute) par les départements des Landes et des Basses-Pyrénées, il y siège jusqu'en 1799. Il se retire ensuite de la vie politique et devint membre de la Chambre de commerce, à Bayonne.

Il est mort dans sa ville natale le 26 juin 1809.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Arnaud-Jean Meillan, Représentant du peuple,‎ germinal an iii ;
  • Arnaud-Jean Meillan, Mémoires de Meillan, vol. 48, Paris, Mémoires de Meillan, coll. « des Mémoires relatifs à la révolution française »,‎ 1823, 171 p. (lire en ligne)
    avec des notes et des éclaircissements.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. icône Wikisource Joseph-Marie Quérard, « Meillan (de) », La France littéraire, ou Dictionnaire bibliographique, vol. 6e, Paris, Firmin Didot frères,‎ 1834 (lire en ligne), p. 19

Sources[modifier | modifier le code]

Jean Tulard, Jean-François Fayard et Alfred Fierro, Histoire et dictionnaire de la Révolution française. 1789-1799, éd. Robert Laffont, coll. « Bouquins », Paris, 1987, 1998 [détail de l’édition]