Anna Gmeyner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anna Gmeyner, connue aussi sous les noms de Anna Reiner et Anna Morduch (née le 16 mars 1902 à Vienne, Autriche-Hongrie ; morte le 3 janvier 1991 (à 88 ans) à York, Royaume-Uni) fut une écrivain, dramaturge et scénariste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anna Gmeyner naquit dans une famille juive libérale à Vienne, où son père était avocat et comptait parmi ses amis Sigmund Freud[1]. Après avoir étudié à Vienne, Anna Gmeyner partit pour Berlin en 1925 où elle épousa un chercheur controversé, Berthold P. Wiesner (en), un spécialiste britannique de la fertilité qui serait le père d’au moins 300 enfants[2]. C'est aussi en 1925 que naquit sa fille Maria, qui se fera plus tard connaître sous le nom d'Eva Ibbotson avec ses livres pour adultes et pour la jeunesse[3]. La famille partit ensuite en Écosse, où Berthold P. Wiesner s'était vu offrir un poste à l'université d'Édimbourg.

Anna Gmeyner et Berthold P. Wiesner se séparèrent en 1928, et Anna Gmeyner regagna Berlin où elle se mit à écrire des pièces. Certaines de ses premières pièces (une pour enfants, l'autre portant sur une grève de mineurs en Écosse) connurent un certain succès[4].

L'arrivée au pouvoir des Nazis en 1933 contraignit Anna Gmeyner à fuir l'Allemagne, où son travail allait être banni. Elle s'installa à Paris où elle travailla dans le cinéma, côtoya Bertolt Brecht et écrivit des scénarios pour Georg Wilhelm Pabst. C'est aussi là qu'elle rencontra son second mari, le philosophe russe Jascha Morduch.

À l'approche de la guerre, le couple traversa la Manche et s'installa en Angleterre où elle commença à faire de la "littérature de l'exil"[5] : c'est en 1938 qu'elle rédigea son livre le plus connu, Manja, alors qu'elle résidait à Belsize Park. Manja fut d'abord publié à Amsterdam en 1938 chez Querido Verlag avant de connaître des traductions en langue anglaise.

Jascha Morduch mourut en 1950, année à partir de laquelle elle écrivit sous le nom d'Anna Morduch.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Der große und der kleine Klaus, 1929
  • Heer ohne Helden. Bergarbeiterschauspiel in 8 Bildern, Dresden 1929
  • Zehn am Fließband, 1931
  • Automatenbüffet. Ein Spiel in drei Akten mit Vorspiel und Nachspiel, Volksstück, Berlin 1932 (autre titre : Im Trüben fischen)
  • Mary-Ann wartet, Erzählung, 1933
  • Manja. Ein Roman um fünf Kinder, Querido Verlag[7], Amsterdam 1938 (anglais : The Wall, London 1939. Five Destinies, New York 1939)
  • Café du Dôme , Roman, London 1941 (autre titre : The Coward Heart, New York 1941)
  • The Death and Life of Julian, London 1960 (Biographie de Julien l'Apostat)
  • A Jar Laden with Water. Six Stories, London 1961
  • No Screen for the Dying, London ca. 1964
  • The sovereign adventure. The Grail of mankind, Cambridge, 1970

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Angelika Führich: Aufbrüche des Weiblichen im Drama der Weimarer Republik. Brecht - Fleisser - Horváth - Gmeyner. Winter, Heidelberg 1992, ISBN 3-533-04494-7 (zugl. Dissertation, University of Pennsylvania 1989)
  • Klaus Harpprecht: Jedes Wort, jedes Bild, jeder Ton klingt vertraut. die tageszeitung (taz), 6. November 2007
  • Heike Klapdor: Anna Gmeyner. Die Dramaturgie der Krise.
  • Anja Schmidt-Ott: Young love. Negotiationes of the self and society in selected German novels of the 1930s. (Hans Fallada, Aloys Schenzinger, Maria Leitner, Irmgard Keun, Marie Luise Kaschnitz, Anna Gmeyner and Ödön von Horváth). Lang, Frankfurt am Main u. a. 2002, ISBN 3-631-39341-5 (zugl. Dissertation, Universität Oxford 2001)
  • Anne Stürzer: Dramatikerinnen und Zeitstücke. Ein vergessenes Kapitel der Theatergeschichte von der Weimarer Republik bis zur Nachkriegszeit. (= Ergebnisse der Frauenforschung; Bd. 30). Metzler, Stuttgart 1993, ISBN 3-476-00890-8
  • Birte Werner: Illusionslos - hoffnungsvoll. Die Zeitstücke und Exilromane Anna Gmeyners. (= Ergebnisse der Frauen- und Geschlechterforschung ; N.F., Bd. 10). Wallstein, Göttingen 2006, ISBN 978-3-8353-0019-4 (zugl. Dissertation, Universität Göttingen 2005)
  • Heike Klapdor-Klops (u.a.): Script: Anna Gmeyner. Eine Wiener Drehbuchautorin im Exil. Synema, Wien 2009 ISBN 978-3-901644-32-0
  • Debbie Pinfold: The Child's View of the Third Reich in German Literature. "The Eye Among the Blind". Oxford UP 2001 ISBN 0199245657


Liens externes[modifier | modifier le code]

(en) Anna Gmeyner sur l’Internet Movie Database


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ritchie, J.M., German Exiles: British Perspectives, Vol. 6 Exile Studies, (Peter Lang 1997) ISBN 978-0-8204-3743-9
  2. (fr) Big Browser, Le Monde, LIENS DU SANG – Un spécialiste britannique de la fertilité serait le père d’au moins 300 enfants, 10 avril 2012 : http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/04/10/liens-du-sang-un-specialiste-britannique-de-la-fertilite-serait-le-pere-de-600-enfants/
  3. (en) : Julia Eccleshare, Eva Ibbotson obituary, The Guardian, 24 octobre 2010 : http://www.theguardian.com/books/2010/oct/24/eva-ibbotson-obituary
  4. (fr) Heike Hurst, Heiner Gassen, Tendres ennemis: cent ans de cinéma entre la France et l'Allemagne, Éditions L'Harmattan, 1991 : http://books.google.fr/books?id=kaBKnqxRYrwC&dq=%22Anna+Gmeyner%22&hl=fr&source=gbs_navlinks_s
  5. Voir Exilliteratur (en), qui désigne des livres en langue allemande écrit par des auteurs exilés luttant contre le nazisme.
  6. IMDB : http://www.imdb.com/name/nm0717985/
  7. (de) : http://www.lesenleben.de/index.php?option=com_content&view=article&id=164:manja-ein-roman-um-fuenf-kinder&catid=47:lese-erinnerung&Itemid=72

Sources de la traduction[modifier | modifier le code]