Amaury de Chartres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Supplice des Amauriciens, par Jean Fouquet, dans les Grandes Chroniques de France (Paris, Bibliothèque nationale de France)

Amaury de Chartres ou Amaury de Bène (en latin, Amalricus de Bene ; mort en 1209) fut un philosophe et théologien français du XIIe siècle.

Né à Bennes, petit village entre Ollé et Chauffours à l'ouest de Chartres, il professa une sorte de panthéisme mystique, dit du Libre-Esprit, qu'il avait puisé dans les écrits de Jean Scot Erigène, et qui le fit condamner en 1204 par le pape Innocent III et, en 1215, par le IVe concile du Latran.

Il enseigne la théologie et la philosophie à l'université de Paris. Il eut un grand nombre de disciples, parmi lesquels on remarque David de Dinant. On nomme ceux-ci les Amauriciens : un grand nombre d'entre eux furent jugés au cours d'un concile réuni à Paris en 1210, et brûlés en dehors de Paris, au-delà de la porte des Champeaux, après avoir été livrés à la justice royale. Au cours de cette répression, Amaury de Bène était mort depuis peu. Il fut excommunié. Son corps fut alors exhumé et dispersé sur du fumier[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Sivéry, Louis VIII Le lion, Fayard, 1995, p. 72.

Source[modifier | modifier le code]

, p 91-98.